Installations de bandes tampons enherbées le long des cours d’eau, où en sont les discussions ?

Question écrite à Monsieur le Ministre Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports, des Aéroports et du Bien-être animal

« Bandes tampons enherbées le long des cours d’eau »

La proposition d’instaurer des bandes tampons enherbées ou boisées le long des cours d’eau wallons serait, d’après Inter-Environnement Wallonie, discutée au Gouvernement wallon.

La qualité des eaux de surface en Wallonie doit être au cœur de nos préoccupations, d’autant plus qu’elle est encore loin d’atteindre le bon état écologique comme prescrit par la Directive cadre européenne sur l’eau (55% des eaux de surface n’ont pas atteint ce bon état à l’échéance de 2015). Si des moyens importants ont été consentis pour épurer les eaux usées domestiques et industrielles et limiter les pollutions ponctuelles d’origine agricole, il reste beaucoup à faire pour réduire les pollutions diffuses. D’après l’analyse des pressions réalisée dans le cadre des 2èmes Plans de Gestions par Districts Hydrographiques (PGDH2), le secteur agricole serait en partie responsable de la non-atteinte du bon/très bon état écologique dans 100 masses d’eau de surface. Or, les mesures volontaires ou obligations actuelles semblent montrer leurs limites. La Cour des Comptes, comme la Commission européenne, enjoignent d’ailleurs la Wallonie à prendre des mesures supplémentaires pour améliorer la qualité des eaux.

Ainsi, pour limiter les apports de nitrates, de phosphore, de pesticides ou encore de sédiments dans les cours d’eau, l’instauration systématique de bandes tampons enherbées ou boisées en bordure de cours d’eau, semble une solution pertinente, avec de nombreux avantages.

Monsieur le Ministre peut-il m’informer des discussions actuellement en cours ? La Région Wallonne va-t-elle rapidement adopter cette mesure, comme c’est le cas notamment en France ? Selon quelles modalités et quel délai ?

Réponse :

Un projet de décret relatif à la protection de la ressource en eau a été approuvé en seconde lecture par le Gouvernement le jeudi 13 décembre. Il prévoit la mise en place d’un couvert végétal permanent, composé de végétation ligneuse ou herbacée, sur une largeur de six mètres lorsqu’une terre de culture borde un cours d’eau.

Après avis du Conseil d’État et prise en compte de celui-ci, le texte sera approuvé par le Gouvernement en troisième lecture et transmis au Parlement de Wallonie.

Engoy this post ?

Subscribe to our RSS Feed, Follow us on Twitter or simply recommend us to friends and colleagues!