Christie Morreale | Actu
Vice-Présidente du Gouvernement wallon, Ministre de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale, de l’Egalité des chances et des Droits des Femmes
18
archive,paged,category,category-actu,category-18,paged-17,category-paged-17,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Egalité hommes-femmes: de belles avancées mais il y a encore du travail!

Premier rapport d’information du Sénat : le PS se bat pour les droits des femmes


A l’occasion de la journée internationale pour les droits de la femme et après le vote en séance plénière du premier rapport d’information du Sénat, les Sénatrices Christie MORREALE et Nadia EL YOUSFI saluent, pour le groupe PS du Sénat,  le travail effectué.

Pendant près de 60 heures, les Sénatrices et Sénateurs ont auditionné de nombreux experts sur la question de l’égalité hommes-femmes dans le cadre du 20ème anniversaire  du programme d’actions de Pékin (pour la défense du droit des femmes).

Les progrès pour combler les inégalités entre les femmes et les hommes sont indéniables. Des législations, des actions politiques et de sensibilisation ont été menées par ou avec le soutien des pouvoirs publics.

Cependant, les objectifs prioritaires définis il y a 20 ans, après la quatrième Conférence mondiale des Nations-Unies sur les femmes de Pékin, ne sont pas encore atteints et parfois même encore, hélas, très loin d’être atteints.


Quelques chiffres sont plus parlants qu’ un long discours :


  • En moyenne  1 femme sur 4 subit au moins une fois des violences physiques ou sexuelles
  • 4 femmes sur 10 ont déjà été victimes de violence physique ou sexuelle
  • Les pensions des femmes sont, en moyenne, 1/3 moins élevées que celles des hommes
  • L’écart salarial s’élève à 22 % en défaveur des femmes si l’on prend en considération le salaire brut annuel
  • 1 femme sur 4 reporte ses dépenses médicales, près de 1 sur 2 en situation de famille monoparentale !
  • 4 femmes sur 10 ne font pas le dépistage du cancer du sein


Christie MORREALE s’est envolée ce dimanche, avec la Ministre du Droit des Femmes et de l’Egalité des chances en Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle SIMONIS, vers les Nations-Unies à New-York, dans le cadre des 20 ans de la Conférence mondiale sur les femmes mais aussi et surtout pour y défendre les 184 recommandations ayant été votées vendredi au Sénat, dont les plus importantes sont :


  • Demande d’allonger et de rendre obligatoire le congé de paternité et renforcer les congés parentaux
  • Mise en place d’un Conférence interministérielle regroupant les différents ministres ou secrétaires d’Etat en charge de        l’égalité entre les femmes et les hommes
  • Mettre en place un  nouveau plan d’actions national de lutte contre les violences faites aux femmes et une attention toute particulière aux violences sexuelles, conjugales et aux mutilations génitales féminines
  • Une présence égale de femmes et d’hommes au sein des différents exécutifs de notre pays
  • Renforcer la lutte contre la violence sexiste et une attention particulière au harcèlement de rue
  • Une meilleure représentation des femmes au sein des organisations et missions internationales, de même qu’au sein de la diplomatie belge et autour des tables de négociations
  • Plaider au niveau des enceintes internationales en faveur des droits sexuels et reproductifs de la femme, notamment la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse

 

Les autistes sont (enfin) écoutés (La Dernière Heure)

Je me réjouis d’apprendre dans un article de presse (La Dernière Heure/2 mars 2015) qu’une table ronde s’est tenue entre Madame la ministre de l’Education et les représentants des associations de parents, des services spécialisés, des écoles et des pouvoirs organisateurs.

A l’ordre du jour de cette rencontre, la question de la prise en charge des enfants atteints d’autisme suite à la médiatisation de l’affaire Ciman. Pour rappel, ce footballeur a décidé de quitter la Belgique afin que son enfant, atteint d’autisme, soit pris en charge au Canada.

 

En Fédération Wallonie-Bruxelles, on estime que ce trouble touche plus de 11.000 jeunes âgés entre 3 et 24 ans.

  • Selon l’article, 881 enfants seraient accueillis dans l’enseignement ordinaire (maternel, primaire et secondaire). Soit, un taux d’inclusion scolaire très faible! De plus, il n’existe actuellement pas de recensement : on ne sait donc pas combien d’enfants autistes fréquentent l’enseignement ordinaire sans qu’un programme d’adaptation ne soit développé pour eux, ni le nombre d’enfants accueillis dans l’enseignement spécialisé non adapté à l’autisme, ni dans les centres pour enfants non scolarisés.
  • Le Canada utilise le programme ABA pour la prise en charge des enfants autistes. En Belgique, c’est la méthode TEACH qui est pratiquée. Il s’agit d’un programme comportementaliste qui vise à structurer l’enfant, régir les activités quotidiennes pour que l’enfant sache à l’avance ce qu’il va se passer. Cette méthode vise à lui rendre la vie plus compréhensible.

 

Le PS réclame :

  • Un recensement global, nécessaire à l’évaluation du phénomène et afin que nous sachions combien d’enfants autistes fréquentent l’enseignement ordinaire sans qu’un programme d’adaptation ne soit développé pour eux, le nombre d’enfants accueillis dans l’enseignement spécialisé non adapté à l’autisme ainsi que dans les centres pour enfants non scolarisés.
  • La mise en place d’un encadrement adapté aux besoins des enfants autistes avec un accompagnement ciblé. Il est donc nécessaire de prévoir plus d’enseignants mais aussi plus d’éducateurs pour accompagner ces enfants. Ceci figure dans la Déclaration de Politique Communautaire (DPC) 2014-2019: “le gouvernement ajustera les moyens aux classes à pédagogies adaptées afin de répondre aux besoins d’encadrement de ces structures“.
  • La formation de l’ensemble des enseignants à la détection des troubles précoces tels que les troubles de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) car plus la prise en charge est précoce, mieux c’est pour l’enfant !
  • L’amélioration de la lutte contre la déscolarisation des élèves atteints de troubles sévères du comportement par les structures scolaires d’aide à la socialisation (SSAS). Ceci est une revendication reprise dans le programme du PS pour les élections de 2014.
  • L’amélioration de la prise en charge des enfants autistes dans l’enseignement ordinaire. Ceci passe par la formation initiale des enseignants, qui doit inclure la prise en charge d’enfants atteints de troubles du comportement. Cette formation est essentielle pour l’ensemble des handicaps (pas uniquement l’autisme)!
  • L’organisation de ce type de rencontre avec les représentants des associations actives en faveur des autres handicaps.
  • L’élaboration d’une typologie qui prend en compte les besoins réels des enfants et non pas des normes.

 

Steve Metelitzin remplace Alexia Mainjot au conseil communal d’Esneux

Ce jeudi soir, le conseil communal d’Esneux a acté la démission d’une conseillère communale dans les rangs du PS, l’un des deux partenaires de la majorité. C’est Alexia Mainjot qui a remis sa démission. Son successeur, Steve Metelitzin, a aussitôt été installé en tant que conseiller communal.

Alexia Mainjot, âgée de 36 ans, s’était présentée sur la liste PS, pour la première fois, à l’occasion des élections communales de 2012. C’est pour des motifs d’ordre personnel qu’elle a été amenée à prendre cette décision.

« Ces deux années passées à remplir la fonction de conseillère ont confirmé mon vif intérêt pour la politique communale et ma motivation pour oeuvrer au bien-être de ma commune. Ce fut pour moi une expérience très enrichissante et stimulante. Mais mes vies privée et professionnelle, très chargées, ne me permettent plus, actuellement, de remplir au mieux ma fonction de conseillère communale. C’est pourquoi, après mûre réflexion, j’ai décidé de me retirer », précise-t-elle.

Alexia a néanmoins l’intention de poursuivre son engagement politique en participant à la vie de sa commune et ce, « sur le terrain, à travers le monde associatif et au sein de certaines assemblées politiques et citoyennes ».

« Je tiens à remercier tous les citoyens esneutois et le PS local qui m’ont fait confiance. Je suis persuadée que mon camarade Steve Metelitzin sera un remplaçant idéal pour cette mission de conseiller communal », ajoute-t-elle.

Quant à Steve, un Tilffois de 27 ans, il se dit prêt à relever le défi avec beaucoup d’enthousiasme. En 2012, tout comme Alexia, il s’était présenté pour la première fois aux élections communales, sur la liste PS. Plus jeune, il a toujours été très actif au sein de mouvements de jeunesse ainsi que dans les milieux associatifs et estudiantins. A l’issue de ses études, parce qu’il souhaitait élargir ses horizons, il a intégré le PS local.

Conseiller au sein du cabinet de la ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Egalité des chances en Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis, Steve est, par ailleurs, membre du Conseil d’Administration de la Maison des jeunes d’Esneux et secrétaire de l’USC d’Esneux.

A l’issue de la prestation de serment de Steve, Alexia lui a donc cédé sa place. Christie Morreale, première échevine empêchée, a remercié son dévouement en lui remettant un bouquet de fleurs.

 

Parlement wallon: vivez une journée de député les 30 et 31 mars 2015

Régulièrement, on entend des jeunes dire qu’ils ne comprennent rien à la politique! Difficile, dès lors, de marquer un intérêt envers quelque chose que l’on n’appréhende pas… C’est pourquoi, à l’initiative du Bureau du Parlement wallon, les écoles sont invitées, les lundi 30 et mardi 31 mars 2015, à partager avec leurs élèves une journée de député à l’occasion de la 4e édition de l’opération “Un jour au Parlement wallon“.

Le lundi 30 mars, les élèves de l’enseignement secondaire (degrés moyen et supérieur) découvriront, à travers des activités pédagogiques spécialisées, le fonctionnement du Parlement wallon avant d’en devenir de véritables acteurs sous la conduite du Président de l’assemblée.
Le mardi 31 mars, les élèves de 4e, 5e et 6e années primaires découvriront et prendront part, à leur tour, à ces activités grâce à des animations pédagogiques adaptées à leur niveau d’études.
Tout au long de ces journées, les participants seront accueillis par le personnel du Greffe. Ils seront, en outre, encadrés par les députés et travailleront à leurs côtés comme de véritables parlementaires. Ce qui leur permettra, notamment, d’élaborer et de voter un ou plusieurs “projets de décret”.
Chaque journée se déroulera de 9 h 30 à 15 h 20. L’inscription est gratuite. Celle-ci couvre, outre la couverture forfaitaire des frais de déplacement des groupes scolaires, toutes les activités et leurs supports; le repas de midi; une documentation spécialisée pour les élèves avec les corrigés pour les professeurs et un chèque-lire pour chaque inscrit(e).
Il est obligatoire de s’inscrire à l’une de ces journées pour le lundi 16 mars au plus tard (sous réserve, bien sûr, de places encore disponibles). Toute inscription est à envoyer à l’adresse électronique courriel@parlement-wallon.be avec la mention “Un jour au Parlement wallon”.Une confirmation écrite sera ensuite transmise aux titulaires de classe.Toute information complémentaire peut être obtenue via la même adresse.

 

Les femmes en politique

Dans son article “Plus d’échevines, moins d’échevins” paru ce 25 février, Eric Deffet, journaliste au Soir, qualifie de “plutôt rare” le duo que constituent, à Esneux (commune de la région liégeoise), Christie Morreale (PS) en tant que première échevine (empêchée) et Laura Iker (MR) comme bourgmestre. Le paysage politique y est d’autant plus atypique que les quatre leaders des quatre formations représentées au conseil communal sont des femmes ! Soit Christie Morreale (PS), Laura Iker (MR), Marie-Dominique Simonet (Cdh) et Anne Dister (Ecolo).

« Grâce à l’instauration de la mixité et l’obligation d’assurer une représentation des deux sexes aux deux premières places (décret Courard), la proportion de femmes élues a augmenté dans les communes », souligne avec satisfaction Christie Morreale, députée wallonne. « Personnellement, je ne suis pas opposée au fait qu’on essaie de la faire progresser là où c’est possible sans, bien sûr, remettre en cause les résultats des urnes. En effet, il ne faudrait pas arriver à devoir désigner des personnes se trouvant en bas de liste sous prétexte de respecter ce principe de mixité ».

Et d’ajouter que l’obligation d‘organiser la tirette (une femme, un homme, une femme… ou l’inverse) sur les listes pour les élections communales de 2018 devrait contribuer à accroître la proportion de femmes au sein des exécutifs locaux.

« Je pense néanmoins qu’il est crucial que l’on mette davantage en évidence l’engagement politique des femmes, au niveau local, dans les médias », poursuit la députée. « De manière générale, il faut pouvoir se remettre en question au niveau de l’organisation des réunions de manière, notamment, à ne pas les multiplier et ainsi faire en sorte d’assurer un meilleur équilibre, pour tout un chacun, entre vie politique et vie privée ».

 

Bientôt un nouveau décret en vue de supprimer les inégalités dans la formation des enseignants, entre le fondamental ordinaire et le fondamental spécialisé


La députée PS Christie Morreale se réjouit d’apprendre, à la suite de son interpellation, qu’un nouveau décret sera élaboré en vue de supprimer les inégalités qui existent actuellement au niveau de la formation des enseignants selon qu’ils exercent dans le fondamental ordinaire ou dans le fondamental spécialisé. Des différences qui apparaissent dans les décrets de 2002 organisant les formations en cours de carrière. Sachant que la formation continue des professeurs figure parmi les grands projets du Pacte d’excellence qui a été présenté dernièrement, elle a interrogé la ministre Joëlle Milquet (Cdh) en commission de l’Education du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

« Dans l’enseignement spécialisé, la formation organisée sur base volontaire, durant le temps de prestation des membres du personnel, ne peut dépasser six demi-jours par année, sauf dérogation. Or, le décret s’appliquant aux membres du personnel de l’enseignement fondamental ordinaire, en son article 6, précise que ces formations ne peuvent dépasser dix demi-jours, toujours durant le temps de prestation. Aussi, pour une même situation, les enseignants du spécialisé bénéficient de quatre demi-jours de moins pour se former », a fait remarquer la députée, estimant que la formation continue doit être encouragée, d’autant plus encore dans l’enseignement spécialisé où les professeurs sont confrontés à des pathologies parfois lourdes et où les méthodes d’apprentissage et de prise en charge sont en constante évolution.

Christie Morreale a donc suggéré que l’on autorise les professeurs de l’enseignement spécialisé à disposer également, comme leurs homologues de l’enseignement fondamental ordinaire, d’un maximum de dix demi-journées pour se former.

La députée a, par ailleurs, relayé la difficulté de procéder au remplacement d’enseignants en cours de formation. Remplacement qui est censé être effectué soit par d’autres membres du personnel, soit par des étudiants effectuant leur stage.

« Les dispositions entourant ces remplacements n’ont, en effet, jamais été prises. Les modalités sont complexes tant il faut trouver le personnel adéquat pour effectuer ce remplacement. Non seulement des élèves, en période de stage, seraient mobilisés alors que leur formation initiale est, en matière d’enseignement différencié, quasi-inexistante mais il est également très difficile de trouver un enseignant qui accepterait un remplacement d’une seule journée », a-t-elle souligné.

La ministre de l’Education a confirmé l’existence de telles différences au niveau de la formation en cours de carrière entre l’enseignement fondamental spécialisé et l’enseignement fondamental ordinaire. Ajoutant qu’elle ne voit aucune raison à cela, elle a annoncé qu’elle a chargé son cabinet de travailler à l’élaboration d’un nouveau décret qui définira « l’ensemble de la formation en cours de carrière dans l’enseignement obligatoire et les centres PMS ». Elle a ajouté que des échanges seraient bientôt noués, en ce sens, avec les pouvoirs organisateurs et les organisations syndicales.

La ministre a également confirmé la difficulté, bien que le législateur l’ait prévu, de procéder dans la pratique quotidienne au remplacement d’enseignants de manière occasionnelle. « Il serait impossible budgétairement d’organiser le remplacement systématique de tout membre du personnel en formation », a-t-elle répondu. « Les conditions de participation à la formation, tant obligatoire que volontaire, et la question des remplacements devront être réfléchies, à frais nouveaux et dans les contraintes budgétaires que nous connaissons, à l’occasion de l’élaboration du nouveau décret ».

 

Enseignement spécialisé: l’orientation des élèves de type 3 et type 8

Question à Joëlle Milquet, ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles

 

Madame la Ministre, alors que le chiffre de redoublement dans l’enseignement ordinaire semble diminuer progressivement, beaucoup évoquent un phénomène de balancement via une augmentation importante du placement dans l’enseignement spécial, qui deviendrait une sorte de filière de relégation.

Les élèves difficiles ou turbulents seraient plus rapidement diagnostiqués de “type 3” (trouble de la personnalité et/ou du comportement) ou de “type 8” (trouble instrumentaux et de l’apprentissage) alors que ces décisions sont parfois contestées, ne semblant pas toujours justifiées. À ce sujet, Jean-Pierre Coenen, président de la Ligue des droits de l’enfant, parlait, en 2013, de handicap social plus que de handicap mental. Cette constatation est partagée par une partie des enseignants dans le spécialisé depuis plusieurs années, en lien avec l’augmentation du nombre d’élèves fréquentant ces institutions.

Pourtant, le décret du 3 mars 2004 organisant l’enseignement spécialisé précise que l’enseignement de “type 8” est destiné aux élèves à la suite d’un examen pluridisciplinaire réalisé par un centre agréé par la Fédération, qui aurait conclu à des troubles des apprentissages. Ceux-ci doivent être considérés comme des troubles complexes aux origines multifactorielles.

À la rentrée 2014, le nombre d’élèves fréquentant l’enseignement spécialisé était de nouveau en hausse.

Dans ce cadre, j’aurais aimé savoir combien d’enfants ont été diagnostiqués de “type 3” et de “type 8” pour la rentrée 2014 ? Ce chiffre est-il en augmentation ? Combien d’entre eux bénéficient du programme d’intégration ? Estimez-vous que le placement en enseignement spécialisé doive être un automatisme pour les “type 3” et “type 8” ? Comment jugez-vous la procédure de l’article 12 du décret du 3 mars 2004 ?

 

Réponse de la ministre

 

Comme vous, je me réjouis de la diminution du redoublement en Fédération Wallonie-Bruxelles mais je ne fais pas de lien entre cette diminution et l’augmentation de la population en enseignement spécialisé. Celle-ci peut se justifier notamment par les éléments suivants. Il est évident que le boom démographique dans l’enseignement ordinaire a des répercussions sur l’augmentation des populations scolaires dans l’enseignement ordinaire mais il n’explique pas tout.

Différentes hypothèses justifient en partie cette augmentation de population. D’une part, on a créé de nombreuses implantations ou écoles d’enseignement de “type 5”, notamment en milieu psychiatrique. Cette politique volontariste a contribué à scolariser de nombreux enfants qui n’étaient pas scolarisés. Les types d’enseignement 2 (handicap mental modéré à sévère) et 4 (handicap physique) ont augmenté considérablement ainsi que l’enseignement de “type 1” (retard mental léger). Les orientations des enfants vers ces types d’enseignement ne peuvent être mises en cause car il s’agit là d’élèves dont les handicaps ne peuvent être assimilés à des handicaps sociaux. L’enseignement de “type 7” a connu aussi une augmentation de sa population, notamment depuis la reconnaissance des pédagogies adaptées pour les élèves dysphasiques (troubles sévères du langage). La prise en charge de plus en plus précoce d’élèves dysphasiques explique également en partie cette hausse de population. L’enseignement spécialisé scolarise de plus en plus d’élèves en intégration, ce qui impacte les chiffres puisque les élèves sont inscrits en enseignement spécialisé lorsqu’ils participent à un projet d’intégration temporaire totale. Enfin, l’importante fréquentation d’élèves français dans nos établissements scolaires contribue à augmenter les chiffres des populations scolaires en enseignement spécialisé.

Ainsi, ce sont 88 enfants français qui sont scolarisés dans l’enseignement maternel spécialisé, 946 dans l’enseignement primaire et 1.762 en enseignement secondaire. Ce qui représente un total de 2.796 élèves français.

En ce qui concerne plus particulièrement l’enseignement spécialisé de “type 3” et de “type 8”, les éléments repris dans le tableau ci-dessous démontrent que les variations de population dans ces deux types d’enseignement sont faibles. On constate une légère augmentation dans l’enseignement maternel et secondaire de “type 3” et une légère baisse dans l’enseignement primaire de “type 3” et de “type 8”. Il faut cependant préciser que les chiffres de l’année 2014-2015 doivent encore être confirmés par le service de vérification de l’Administration.

 

Enseignement spécialisé
Evolution population Types 3 et types 8.
 

Maternel

Primaire Secondaire Total
Type 3 Type 3 Type 8 Type 3 Type 3 Type 8
2004/2005 82 1726 6409 2635 4443 6409
2005/2006 97 1684 6365 2690 4471 6365
2006/2007 101 1666 6205 2621 4388 6205
2007/2008 111 1736 6089 2678 4525 6089
2008/2009 116 1742 5977 2764 4622 5977
2009/2010 112 1822 6142 2816 4750 6142
2010/2011 122 1831 6342 2911 4864 6342
2011/2012 128 1865 6453 2991 4984 6453
2012/2013 143 1896 6679 3057 5096 6679
2013/2014 159 1977 6800 3118 5254 6800
2014/2015 167 1912 6794 3212 5291 6794

 

Vous m’interrogez également sur l’intégration des élèves de l’enseignement de “type 3” et de “type 8”. Les chiffres fournis par l’Administration mettent en évidence que l’intégration concerne d’une part, 280 élèves de l’enseignement de “type 3”, répartis comme suit : 13 élèves au niveau maternel, 81 au niveau primaire (dont 63 en intégration permanente totale) et 186 au niveau secondaire (dont 168 en intégration permanente totale) et d’autre part, 942 élèves de l’enseignement de “type 8” (dont 389 en intégration temporaire totale et 553 en intégration permanente totale).

Quant à l’orientation d’un enfant vers l’enseignement spécialisé, celle-ci n’est jamais « automatique » : elle résulte de l’analyse approfondie des difficultés et des ressources de l’élève, analyse à laquelle doivent être associés d’emblée les parents et ce, quel que soit le type d’enseignement envisagé pour l’enfant. Vous soulignez l’importance de baliser rigoureusement l’orientation vers l’enseignement spécialisé et de veiller à explorer toutes les pistes pour aider un enfant à surmonter ses difficultés, dont l’orientation vers le spécialisé (en intégration ou non) constitue une option parmi d’autres.

Cela implique effectivement des liens étroits entre les équipes pédagogiques et celles des  Centres PMS pour assurer la prise en compte des difficultés et envisager, le cas échéant, la mise en place d’aménagements raisonnables dans l’enseignement ordinaire avant de proposer une orientation vers l’enseignement spécialisé. Cette nécessaire collaboration, au cœur des pratiques à promouvoir, est intégrée à la réflexion menée dans le cadre du Pacte pour un enseignement d’excellence, visant à améliorer pour chaque enfant la qualité de l’enseignement et éviter les orientations « par défaut ».

Ainsi, cette orientation, qui peut toujours être refusée par les parents, ne doit pas être considérée, ni comme un placement, ni comme une relégation, mais bien comme un moyen d’accorder à l’élève l’accompagnement nécessaire en lien avec ses besoins spécifiques.

 

 

 

Tabagisme: un fléau à l’école!

Question à Joëlle Milquet, vice-présidente et ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance en Fédération Wallonie-Bruxelles

 

Lancée en février 2013 dans la région namuroise, l’étude européenne SILNE s’est achevée le 8 décembre à Bruxelles. Cette étude s’est notamment penchée sur le comportement tabagique de 2.137 élèves de 3e et 4e années secondaires en Belgique. Selon ses résultats, la moyenne européenne de jeunes fumeurs réguliers (à savoir une à deux cigarette(s) par semaine) s’élève à 20 %. Le résultat pour la Belgique est plus important puisqu’il atteint 24 %.

Depuis le 5 mai 2006, la Fédération Wallonie-Bruxelles s’est dotée d’un décret sur la prévention du tabagisme à l’école et l’interdiction de fumer. Or, de nombreux témoignages attestent des difficultés de l’appliquer sur le terrain. En effet, toujours d’après l’étude SILNE, seuls les élèves d’une école sur sept déclarent en majorité (62 %) que les règles sur la consommation de tabac sont respectées. Dans une école particulièrement touchée par le tabagisme précoce, seulement 13 % des élèves déclarent que les règles sont respectées. Pire, 56 % d’entre eux ont déjà vu leurs enseignants fumer. Le décret a-t-il déjà été évalué ? Pensez-vous qu’il soit respecté dans l’ensemble des institutions scolaires ?

Puisque l’on connaît aujourd’hui l’influence exercée par les pairs, la pression des amis et les normes du groupe sur le comportement des jeunes fumeurs, nous devons privilégier la sensibilisation. Quelles actions permettent actuellement de lutter efficacement contre le tabagisme de nos jeunes ? Plusieurs solutions sont évoquées dans cette étude européenne. Je retiens notamment les approches ciblées des fumeurs « les plus populaires », qui inspirent les comportements d’autres jeunes. Quel est votre avis sur la question ?

Les chercheurs, enfin, expriment une inquiétude que nous ne pouvons pas laisser sans ré- ponse : pour eux, le tabagisme des jeunes n’est plus à l’ordre du jour dans les écoles. Il est donc nécessaire de rappeler l’importance de ce combat.

 

Réponse de la ministre

 

La Fédération Wallonie-Bruxelles s’est dotée en 2006 du décret sur l’interdiction de fumer à l’école. Ce texte s’inscrivait dans le cadre de la promotion de la santé à l’école. Il prévoyait également des actions d’information et de prévention du tabagisme.

Son évaluation en 2007, parallèlement à d’autres évaluations internationales, a montré que la loi à elle seule ne suffit pas. Elle doit s’inscrire dans un projet global intégrant les dimensions de la santé, de la consommation, de la citoyenneté. En effet, la loi doit se frayer une place dans le projet scolaire. Les établissements doivent organiser des activités de promotion de la santé, d’information et de prévention des assuétudes. Lors des contacts entre les jeunes et les services de promotion de la santé à l’occasion des bilans médicaux, cette question doit être systématiquement abordée. Des activités collectives doivent mettre en discussion les questions de santé tout en veillant aux aspects transgressifs propres à l’adolescence.

Comment amener le jeune à trouver un équilibre entre santé et prise de risques ? Comment résister à des dynamiques de groupes ? Nous discutons régulièrement avec les acteurs de la santé impliqués dans différents projets scolaires. Des partenariats sont prévus entre les enseignants, les centres PMS et les opérateurs externes comme le Fonds des affections respiratoires ou Fares.

La santé à l’école étant gérée par les services qui dépendront de l’ONE, nous pourrons travailler d’une manière plus intégrée, dans le cadre de synergies entre les PSE et les PSM afin d’aboutir à des projets de santé à l’école plus cohérents, notamment sur la question des drogues et du tabagisme. Nous devons en effet, également, affronter le problème du cannabis même s’il a ses spécificités. Cela reste de l’addiction.

Les compétences des PSE nous ayant été octroyées, nous comptons déployer des plans ambitieux en coordination avec les PMS afin d’aider les établissements dans cette lutte qui ne paraît pas toujours prioritaire.

 

Réplique de Christie Morreale

 

Je vous remercie, madame la ministre, pour votre réponse. L’étude montre que chez nous, le taux de tabagisme régulier dépasse de 20 % celui des autres pays européens.

Ce constat doit nous interpeller afin de mener des actions et de mobiliser l’ensemble des acteurs afin de mieux circonscrire notre politique pour la rendre plus efficace.

La prévention du tabagisme et de l’usage du cannabis est primordiale car la précocité de la consommation est identifiée comme facteur de risque de dépendance durable.

 

Plan de transport de la SNCB : pas question d’attendre 2017 !


Depuis l’instauration du nouveau plan de transport de la SNCB, le 14 décembre dernier, bon nombre d’étudiants et professeurs arrivent en retard à l’école en raison des modifications d’horaires intervenues sur les lignes. Ayant recueilli divers témoignages de « victimes » de ce plan de transport, Christie Morreale, députée PS au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a interrogé la ministre Milquet, ce mardi en commission de l’Education, sur les conséquences de l’adoption dudit plan. Elle souhaitait savoir si elle, et/ou les directions d’école, ont été consultées en vue de l’élaboration des nouveaux horaires et quelles solutions pouvaient être envisagées en vue de pallier à ces difficultés étant donné qu’au niveau du Fédéral, on estime que la mise en œuvre de ce plan est « globalement satisfaisante »…

« A la suite de ces adaptations, ils sont nombreux à arriver quelques minutes en retard aux cours. Certains sont donc contraints de prendre le train plus tôt, ce qui allonge fortement leur journée. D’autres comptent sur leurs parents pour les conduire mais lorsqu’ils n’ont pas d’autre solution, ils arrivent systématiquement en retard à l’école », a souligné Christie Morreale. « Cela réduit la durée des cours pour ces élèves. Les minutes perdues ne pouvant être récupérées par la suite, imaginez, sur une année complète, le préjudice causé à ces élèves… »

Certains établissements envisageraient de procéder à un aménagement au niveau des horaires mais cela aurait des répercussions importantes sur l’organisation des cours dans d’autres établissements, de nombreux professeurs exerçant au sein de plusieurs implantations.

« A l’Ecole d’hôtellerie et de tourisme de la ville de Liège, quelques élèves ont demandé l’autorisation d’arriver en retard à la première heure de cours. C’est notamment le cas d’un étudiant de Stavelot qui prend le bus puis le train pour se rendre à l’école. Vu que ces élèves ne savent pas faire autrement, l’autorisation sollicitée leur a été accordée. Selon le secrétariat de direction, ce retard empiète clairement sur la première heure de cours », a relaté la députée. « A Saint-Jacques (Liège), aussi, on constate des problèmes de coordination entre les horaires de train et ceux de l’école. Là-bas, apparemment, les élèves se sont réorganisés et prennent, dès lors, le train plus tôt ».

Autre témoignage marquant, c’est celui d’un habitant d’Aywaille dont les enfants vont à l’école à Liège. « En prenant le train, sa fille arrive quelques minutes en retard le matin tandis que son fils, en fin de journée, n’a désormais plus de train correspondant à la fin des cours pour rentrer chez lui. Il explique que cela a eu des répercussions sur l’organisation familiale puisque ses enfants, désormais, se sont rabattus sur le bus… qui permet d’arriver à l’heure à l’école et les ramène plus rapidement à la maison. Or, la famille a investi dans deux abonnements de train, pour l’année, qui ne sont plus utilisés… Seront-ils remboursés, ainsi que pour les autres personnes dans le même cas ? »

Autant de témoignages qui incitent la députée à demander, comme c’était prévu au moment où le plan de transport a été approuvé par le Conseil des ministres, que l’on procède à l’évaluation de l’offre dans les zones à faible densité de population afin que l’accessibilité aux zones d’éducation et d’emploi soit assurée.

On est clairement dans ce type de situation. Il n’est pas question d’attendre 2017 pour revoir ce plan ! Il faut réclamer des adaptations rapides. Et si cela a un coût, il faut l’assumer. L’avenir de nos étudiants en vaut la peine“, a conclu la députée.

 

Réponse de la ministre

 

La ministre, Joëlle Milquet, a commencé par dire qu’elle partage les propos tenus par la députée et a précisé que ni ses services, ni les directions d’école n’ont été consultés en vue de l’élaboration des nouveaux horaires de train. Les contraintes scolaires étaient donc, comme elle l’a dit, absentes du processus.

Elle a ajouté qu’elle a connaissance de quelques plaintes actuellement, notamment en provenance de zones rurales. Plaintes qui font état de difficultés ayant entraîné des changements au sein des familles

Elle a redit ce qu’elle a écrit en réponse aux propos de Jo Cornu, administrateur-délégué de la SNCB, qui avait déclaré en commission Infrastructure de la Chambre que les écoles n’avaient qu’à s’adapter aux nouveaux horaires… “L’éducation est la première priorité de notre société et il serait inadmissible que ce soit aux établissements scolaires, et donc aux systèmes d’éducation de notre pays, de devoir s’adapter aux horaires de la SNCB. L’objectif prioritaire d’un service public est, comme son nom l’indique, de fournir un service au public. Il est donc tout à fait inapproprié d’envisager que les écoles doivent adapter leurs horaires pour coller au mieux à ceux des trains”, lui a répondu la ministre Milquet.

Heureusement, a-t-elle souligné, que les TEC ont adapté leurs propres horaires “dans le but de conserver un maximum de correspondances entre les deux modes de transport“.

La ministre a ensuite annoncé qu’elle a chargé son administration de lui fournir une vision claire des différents problèmes rencontrés depuis l’instauration de ce nouveau plan de transport. Elle a ajouté qu’un questionnaire va être envoyé aux établissements scolaires afin qu’ils fassent état des perturbations qu’ils subissent. Et sur base des résultats, elle saisira le fédéral et la SNCB afin de demander des adaptations

Enseignement spécialisé: pas de révision de la typologie du handicap

Question écrite à Joëlle Milquet, ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles

 

L’enseignement spécialisé est organisé en 8 types. Chacun est adapté à un handicap ou une difficulté d’apprentissage particulière.

  • type 1 : arriération mentale légère
  • type 2 : arriération mentale modérée ou sévère
  • type 3 : troubles caractériels et/ou de personnalité
  • type 4 : déficience physique (handicap moteur)
  • type 5 : enfants malades (type organisé en milieu hospitalier)
  • type 6 : déficience visuelle (aveugles et malvoyants)
  • type 7 : déficience auditive (sourds et malentendants)
  • type 8 : dyslexie, dyscalculie, dysphasie

 

La loi cadre relative à l’enseignement spécialisé a été votée en 1970 pour répondre aux besoins éducatifs d’élèves nécessitant une pédagogie adaptée dans les différents niveaux d’enseignement : maternel, primaire et secondaire.

En 2004, un groupe de travail issu du Conseil supérieur de l’Enseignement spécialisé a été chargé de mener une étude relative à la révision de la typologie. Les résultats de cette enquête ont révélé une satisfaction effective à propos de l’organisation actuelle de l’enseignement spécialisé, en 8 types d’enseignement. C’était il y a 10 ans.

Les méthodes de l’enseignement spécialisé évoluent, se diversifient et les structures mises en place doivent également s’adapter.

Parmi les différents types de l’enseignement spécialisé ne figure pas l’autisme. Ce trouble du développement présente une échelle de gravité large: des cas légers permettant une insertion sociale à des situations de handicap sévère. Beaucoup présentent aussi d’autres troubles ou handicaps qui ne sont pas spécifiques à l’autisme. Cela crée une grande diversité des tableaux cliniques entourant le diagnostic.

Un accompagnement éducatif approprié favorise la capacité de communication, d’autonomie et d’apprentissage de ces élèves. Il est essentiel qu’ils soient orientés de manière adéquate et qu’ils puissent bénéficier d’une prise en charge adaptée.

Madame la Ministre,

La reconnaissance d’une typologie particulière liée à l’autisme fait-elle sens ? Une révision de la typologie du handicap est-elle envisagée au sein de votre cabinet?

En vue d’apporter une réponse adaptée aux besoins particuliers de tous les élèves issus de l’enseignement spécialisé, y compris ceux qui présentent des besoins rares ou atypiques, pensez-vous qu’il serait utile d’évaluer les critères actuels d’orientation en enseignement spécialisé ?

 

Réponse de la ministre

 

Le Conseil supérieur de l’Enseignement spécialisé a effectivement été chargé de mener une étude relative à la révision de la typologie en 2004. Les propositions contenues dans cette étude concernaient davantage des modifications de la définition de certains types d’enseignement qu’une remise en question d’un système basé sur une classification en types et en formes d’enseignement, ainsi qu’en degré de maturité. L’enquête réalisée à l’époque a démontré que cette organisation, dans toutes ses composantes, était approuvée à 80 % par les acteurs de terrain.

Cette étude mettait également en évidence la question de la scolarité des élèves en situation d’autisme. Des classes expérimentales ont prouvé l’intérêt de pratiquer une pédagogie adaptée propre à l’autisme. Cette pédagogie adaptée, ainsi que trois autres, a été reconnue par le décret du 5 février 2009. Celle-ci peut être organisée dans tous les types d’enseignement spécialisé.

Il reste certes à relever le défi du renforcement légitime du cadre normatif relatif au personnel qui y travaille mais la volonté politique d’y arriver a déjà été clairement affirmée à plusieurs reprises. Dès lors que le contexte économique permettra à nouveau d’investir dans l’enseignement spécialisé, ce renforcement fera partie de mes priorités. Mais, dans l’objectif de viser un enseignement d’excellence, cet investissement se fera pour autant que l’enseignement adapté démontre son efficience. A cette fin, je compte étudier l’opportunité de cadrer davantage les pédagogies adaptées par un cahier des charges qui reprendra notamment les objectifs poursuivis et les moyens mis en œuvre pour les atteindre.

Par ailleurs, lors de la législature précédente, un projet piloté par le Cabinet, supervisé par l’équipe universitaire du SUSA (service universitaire de recherche sur l’autisme) et concrétisé par l’IFC et les organismes de formation des réseaux a prévu la mise en place de classes d’adaptation pour les enseignants qui désirent se former à l’éducation de ces élèves.

Comme vous, je sais que l’autisme présente une échelle de situations très large. Ainsi, pour les élèves atteints du syndrome d’Asperger, leur présence peut se justifier au sein de l’enseignement ordinaire pour autant qu’un encadrement adapté permette de donner une réponse adéquate à leurs besoins spécifiques.

Sur base des éléments cités ci-avant, vous comprendrez que, si l’accent est mis sur la formation du personnel ainsi que sur la qualité d’une pédagogie adaptée, la reconnaissance d’une typologie particulière liée à l’autisme n’est pas actuellement à l’ordre du jour.

Pour autant, je reste attentive aux avancées que pourrait apporter la nouvelle législation flamande relative aux élèves à besoins spécifiques. Mes conseillers en charge de l’enseignement spécialisé ont d’ailleurs invité un conseiller de l’enseignement néerlandophone à venir présenter leur nouvelle législation lors du Conseil supérieur de l’enseignement spécialisé du 11 mars 2015. Elle servira notamment à éclairer le Conseil supérieur dans sa réflexion constante sur les types d’enseignement, et plus particulièrement sur les questions liées à l’enseignement de type 8 en primaire et en secondaire spécialisé. Questions qui sont actuellement à l’étude comme le prévoit la déclaration de politique communautaire.

Quant aux critères actuels d’orientation en enseignement spécialisé, le dernier avis du Conseil supérieur des Centres PMS date de mai 2014. Il propose des repères pour le travail des équipes PMS qui, dans le cadre de l’analyse pluridisciplinaire d’une situation, envisagent une orientation vers un des types d’enseignement spécialisé.

Cet avis vient de faire le tour de la question de l’orientation en enseignement spécialisé et a été diffusé par circulaire le 28/05/2014 à l’ensemble des partenaires de l’éducation. Il me semble donc inutile de revoir l’évaluation des critères actuels d’orientation en enseignement spécialisé.