Christie Morreale | En action
Vice-Présidente du Gouvernement wallon, Ministre de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale, de l’Egalité des chances et des Droits des Femmes
16
archive,paged,category,category-rencontres,category-16,paged-7,category-paged-7,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Il faut une politique ambitieuse en matière de qualité de l’air en Wallonie !

Selon les chiffres de l’Agence européenne pour l’environnement, la pollution est responsable de 11000 décès par an en Belgique. Il est plus que temps que la Wallonie développe une stratégie forte visant à améliorer la qualité de l’air, c’est une question de préservation de l’environnement mais aussi de santé publique. La Wallonie doit être, tant au niveau national qu’international, un moteur en la matière afin que les objectifs proposés par l’OMS servent de réference.

Retrouvez ici la proposition de résolution que j’ai déposée avec mes collègues au Parlement de Wallonie.

Visite de terrain: l’Entre-Pot, le magasin 0 déchet!

 

On se demande parfois quels gestes, quelles habitudes on pourrait changer au quotidien pour rendre le monde meilleur. A Liege, deux jeunes femmes se sont lancées dans un magasin “0 déchet”. Céréales, épices, féculents, produits d’entretien, boissons aux bouteilles consignées, on y consomme autrement. A recommander chaleureusement, pour leurs choix de société, pour leurs bons conseils mais aussi pour l’optimisme et l’enthousiasme qu’elles dégagent (et parce que le vrac coûte 20 à 30% moins cher, aussi!) L’Entre-Pot, rue du palais à Liege.

Visite de terrain: Wattitude, vitrine du “Made in Wallonia”

 

Vendredi, je me suis rendue chez Wattitude, ce magasin qui propose des produits conçus, créés et/ou fabriqués, comme son nom l’indique… en Wallonie.

Emmanuelle Wégria, en vraie dénicheuse de talents, a sillonné les routes pour dégoter et réunir sous un même toit plus de 300 créateurs , artistes et producteurs de la scène locale. Mode, accessoires, design, mais aussi spécialités gourmandes, découvertes musicales, livres et jouets, avec Wattitude, vous pouvez vous habiller, décorer, offrir, boire et manger wallon, c’est LA bonne idée!

Ce magasin est situé rue Souverain-Pont à Liège. Il permet de redynamiser un quartier, de promouvoir les produits Wallons et de créer de l’emploi. Allez jeter un coup d’œil!

On retrouve un éventail de leurs produits sur le site internet http://wattitude.be/ ou via la page facebook https://www.facebook.com/Wattitudestore/?fref=ts

 

 

Bonne nouvelle : La Ville de Liège aura enfin son tram!

Les Députés PS et leur chef de Groupe ont appris la bonne nouvelle venant d’Eurostat, approuvant le cahier des charges du projet de tram à Liège. Le montage financier reçoit l’accord d’Eurostat et plus rien ne peut donc obstruer la bonne conduite du dossier!
L’attribution de ce marché pourrait avoir lieu selon toute vraisemblance au printemps 2018.

Pour les Députés Christie Morreale, Deborah Geradon, Maurice Mottard, Mauro Lenzini, Alain Onkelinx et Christophe Collignon, ce dossier très important symbolise le renouveau liégeois.

Au delà de l’aspect structurant d’un tel dossier, un tram dans une grande ville ouvre de nouvelles perspectives en terme de bien-être, de mobilité, de dynamisme d’un centre ville et de sa périphérie. Les Députés liégeois ne peuvent que s’en rejouir.

Et rappellent que depuis 2011, les Députés n’ont eu de cesse d’interpeller le Ministre de la mobilité de l’époque et aujourd’hui, Carlo di Antonio sur la nécessité de se doter d’un tel outil pour une cité telle que Liège.

Pour les Députés: “Liège, au coeur de l’Europe! La ville est de plus en plus tournée vers l’avenir. Avec une offre ferroviaire, fluviale d’importance, aujourd’hui c’est le tram. La mobilité douce est au coeur de nos préoccupations! Pour l’avenir de tous les liégeois! ”

Collecte des déchets pesticides

Alors que cela fait des mois que je vous encourage à ne plus utiliser des pesticides dans votre jardin, voici une initiative que vous peut-être vous faire passer le cap!

En effet, à l’occasion du printemps sans pesticide (du 20 mars au 20 juin), la commune d’Esneux vous encourage à vous débarrasser de vos bidons, emballages, bonbonnes, … En effet, il est interdit de jeter les déchets de pesticides ou leur emballage dans la nature ou de les brûler à l’air libre.

Ne jetez jamais ces produits à la poubelle ! Ne les videz surtout pas dans l’évier et encore moins dans la rigole, les égouts ou les avaloirs. Les stations d’épuration ne traitent qu’une partie de ces polluants qui se retrouveront immanquablement dans l’environnement.
Que ce soit pour les emballages vides ou pour vous débarrasser des vieux pesticides qui encombrent votre garage, les parcs à conteneurs accueillent toute l’année ces déchets dangereux dans la catégorie DSM « Déchets spéciaux des ménages ». Demandez conseil aux préposés. Ils sont donc LA solution.
Peut-on se passer des pesticides ? Oui, bien sûr ! Un jardin au naturel, c’est avant tout un jardin plein de vie, entretenu en respectant quelques principes de base où la chimie et les produits phytopharmaceutiques n’ont pas leur place.
Pour vous aider dans vos démarches, Intradel vous propose deux documents disponibles au service environnement de la commune et téléchargeable sur le site internet d’Intradel :
  • Une brochure “Moins de pesticides” qui reprend une série de conseils pour que votre jardin redevienne un espace 100% naturel
  • Un dépliant “La recette du jardin raisonnable” qui vous apprend comment préparer des potions magiques à base de plantes à l’efficacité redoutable.

 

Plus d’infos: http://www.esneux.be/site/outils/agenda/?ref_actu=2232

Auditions néonicotinoïdes

Auditions sur les Néonicotinoïdes au Parlement wallon, en commission conjointe environnement-agriculture

Toujours dans le cadre de ma proposition de résolution afin d’interdire l’utilisation des pesticides, le Parlement wallon auditionnait le 2 février dernier différents experts pour discuter de l’impact de l’utilisation des néonicotinoïdes.

Messieurs Vandergeten (Directeur de l’Institut royal pour l’amélioration de la bettrave) et Thiry (représentant habilité de la Fédération wallonne de l’horticulture) ont présenté leur avis. Sur ma proposition, Messieurs Fichers (secrétaire général de Nature et Progrès), Schiffers (expert en pesticides et professeur à Gemboux Agro-Bio Tech (ULg)) et Bodson (professeur responsable de l’Unité de Phytotechnie tempérée à Gembloux Agro-Bio Tech (ULg)) sont également intervenus.

Retrouvez le Compte-rendu complet ici : http://nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2016_2017/CRAC/crac96.pdf

Ces auditions ont été l’occasion pour moi et l’ensemble de mon groupe de réaffirmer notre volonté d’avancer de manière concertée et constructive sur ce dossier. Nous comprenons évidemment les craintes des agriculteurs, qui sont les premières victimes de ces produits.En effet, il s’agit de la première catégorie professionnelle concernée par les cancers notamment.

Je pense cependant que les pouvoirs publics devraient investir massivement dans la recherche d’alternatives viables, respectueuse de la nature et de la santé humaine. Pour la majorité des cultures, ces alternatives existent déjà: nous devrions sans aucun doute améliorer l’information de nos agriculteurs.

De nombreuses études démontrent les dangers liés à cet insecticide et je pense donc qu’il serait inconscient de continuer à les utiliser.

Intégration scolaire des enfants atteints d’un handicap

Il y a quelques jours, nous apprenions que l’ASBL Inclusion déposait plainte contre la FWB auprès du Comité européen des droits sociaux. En cause ? Le manque d’inclusion des enfants porteurs d’une déficience intellectuelle dans les établissements d’enseignement ordinaire.

Cet après-midi, en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, j’ai interrogé Madame la Ministre de l’Enseignement à ce sujet. Retrouvez mon intervention ici.


Malheureusement, ce n’est pas la première fois que la Fédération est pointée du doigt : nous accusons un retard significatif en terme d’intégration des enfants atteints d’un handicap et il est nécessaire de travailler tous ensemble à une meilleure intégration, dans l’intérêt de tous.

Sur environ 3000 enfants bénéficiant d’un programme d’intégration, ils sont seulement 47 à relever du type 2 (selon la typologie valable pour l’enseignement spécialisé, le type 2 s’adresse aux enfants présentant un retard mental léger, modéré à sévère). Soit, moins de 2%! Ce n’est évidemment pas assez !

Aujourd’hui, notre enseignement ne prend pas en compte les capacités personnelles de ces enfants, ne considère pas leur bien-être ou leur intérêt personnel. L’enseignement ordinaire ne convient évidemment pas à tous: je veux simplement que nous laissions la possibilité à ces enfants et à leurs parents de choisir.

Il y a plusieurs mois, à l’occasion d’une visite de terrain, je me suis rendue à l’Ecole Mater Dei qui, depuis des années, organise une classe d’enseignement spécialisée dans un établissement ordinaire. Une expérience enrichissante pour les enfants, pour les enseignants et pour les parents. Ce genre d’initiatives doivent être encouragées et soutenues par les pouvoirs publics afin qu’enfin, nous envisagions notre société de manière inclusive!

 

Climat : une meilleure concertation pour une meilleure efficacité

 

Présentation du Rapport Climat en Séance plénière du Sénat

L’écologie et les conquêtes sociales sont les deux piliers d’un monde désirable que nous voulons pour les générations à venir et les générations présentes. Ce monde désirable est aujourd’hui mis à mal par le réchauffement climatique qui bouscule les équilibres et menace notre humanité. C’est une réalité, n’en déplaise aux climato-sceptiques et aux apôtres de la “post-vérité”.

Avec ce Rapport (298 pages), le Sénat espère contribuer à l’amélioration du dialogue interfédéral et faciliter l’émergence de convergences dans le cadre de la conclusion de futurs accords climatiques ambitieux.

Après l’Accord de Paris sur le climat, qui est entré en vigueur le 4 novembre 2016, ce Rapport doit permettre à tous les niveaux de pouvoir d’être plus efficaces dans nos efforts climatiques.

Outre les auditions de qualité et des réponses de 30 Parlements qui permettent de mettre en lumière les bonnes pratiques, ce Rapport contient des recommandations précieuses à différents niveaux, j’en pointerai deux qui nous paraissent essentielles :

1. La demande de consolider et développer les instruments et moyens disponibles pour développer les politiques climatiques, notamment en veillant à renforcer les services correspondants des administrations aux différents niveaux de pouvoir.
2. La volonté de présenter au plus vite à un organe de concertation interparlementaire, un projet de Plan intégré national en matière d’énergie et de climat 2021-2030 de manière à prévoir un délai suffisant pour qu’il puisse faire l’objet d’un examen approprié avec les parlementaires concernés.

Grâce à la vingtaine d’amendement défendus, notre Groupe a aussi obtenu des recommandations ambitieuses en ce qui concerne la Commission nationale Climat en particulier en vue de renforcer et de dynamiser son rôle, son efficacité et son financement. La Commission nationale Climat devra renforcer la transparence de son travail et surtout s’ouvrir à la société civile.
C’est un enjeu majeur pour le PS et une demande du secteur associatif que nous avons entendue et qui devra être concrétisée.

Malheureusement, pour la qualité de ce rapport, plusieurs remarques du Groupe PS ont été balayées par la majorité :

– Nous avons insisté pour que ce travail parlementaire puisse être poursuivi au sein de notre Assemblée sénatoriale. Le Sénat étant devenu depuis la 6e réforme de l’État, une assemblée où nous participons au processus décisionnel fédéral tout en défendant les institutions communautaires. Le lieu est donc idéal pour se concerter, dialoguer, rapprocher les points de vue et exprimer ainsi une vision unie.
Par la volonté d’un seul parti, la majorité fédérale a préféré suivre la NVA dans sa volonté de ne pas confier ce rôle au Sénat. Nous le regrettons, même si nous avons été partiellement entendu puisque la création d’un organe de concertation interparlementaire a été acté.

– Nous avons également réclamé (les premiers, par un amendement, soutenu part le cdH et Ecolo), d’ajouter dans les recommandations la nécessité de préserver l’aide publique au développement.
Cela aussi nous a été refusé.

– Enfin, nous avons tenté, de manière constructive à nouveau, de réécrire la recommandation visant à répartir le produit des enchères au prorata de l’effort de réduction en termes absolus des différentes entités. Cette recommandation manque de clarté et sera difficilement appliquée.

Malgré nos divergences, nous avons une responsabilité par rapport à l’urgence climatique et le monde que nous laisserons à nos enfants.

Le Groupe PS prendra, dès lors, ses responsabilités : nous soutiendrons ce rapport.

 

Visite de terrain: projet “COFCUBES” à Amay!

Ce mardi matin, je me suis rendue à Amay pour découvrir le projet “COFCUBES”, développé par l’entreprise d’économie sociale le COF. En se basant sur le principe de réutilisation d’anciens conteneurs maritimes et la transformation en logements, bureaux ou salles de classe, cette entreprise fait figure de pionnière dans le domaine du logement alternatif wallon.

Très compétitifs en terme de qualité, d’isolation et de budget, ces modules intègrent de nombreuses solutions et avantages à court, moyen et long terme. La robustesse des composants (acier Corten) la longévité, le recyclage en fin de vie, la rapidité d’aménagement font de ce concept des atouts à exploiter. De plus, le COF est une entreprise d’économie sociale, qui forme des gens peu qualifiés. Un projet qui veut vraiment le coup!

Lorsqu’on connait les nombreuses difficultés qu’ont de plus en plus de citoyens à trouver un logement, ces modules apparaissent comme des solutions intéressantes, principalement comme alternative aux logements “traditionnels”.

Prochainement, le gouvernement wallon va se pencher sur une modification du plan Habitat Permanent dont l’objectif est notamment de favoriser la réinsertion, dans un logement décent, de personnes résidant en permanence dans un équipement à vocation touristique tel les campings. Ces containers aménagés me paraissent être une belle opportunité afin d’offrir un logement à de nombreuses personnes tout en leur permettant d’accéder à la propriété à moindre coût. Je vais donc interroger le Ministre du Logement sur cette question et étudier les possibilités qui s’offrent à nous.