Christie Morreale | Bilan parlementaire
21786
page-template-default,page,page-id-21786,page-child,parent-pageid-21782,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Christie ….

C’est plus de 80 propositions de décret

 C’est plus de 1 000 questions parlementaires

C’est plus de 100 visites de terrain

 

80 propositions… Quelques exemples !

Pouvoir changer les lois et les décrets, c’est une partie essentielle du travail de parlementaire. Après des visites de terrain, des rencontres citoyennes, j’ai formulé plusieurs propositions afin de modifier des textes législatifs avec toujours un objectif : améliorer les choses pour tous. Voici quelques uns des combats les plus emblématiques.

Opposition à la réforme des Aides à l’Emploi telle que proposée par le Ministre MR Pierre-Yves Jeholet.

Les points APE représentent un soutien structurel et indispensable à l’organisation de certains services et activités essentielles à la population, tels que les services publics locaux, l’enseignement, laculture, l’accueil de la petite enfance, l’accueil de personnes handicapées,…A travers cette mesure mal concertée et précipitée, le Ministre Jeholet plongeait plus de 60.000 travailleurs dans l’incertitude la plus profonde. Grâce à une mobilisation citoyenne massive et notre travail parlementaire, le dispositif a été abandonné ! C’est une magnifique victoire !

Pour un financement structurel des structures d’accueil des femmes victimes de violences conjugales : les associations doivent demander annuellement des subsides pour pouvoir fonctionner, perdant un temps certain dans ces démarches et les faisant dépendre du bon vouloir des Ministres. Après une visite au Collectif contre les Violences familiales et l’Exclusion de Liège, en concertation avec les acteurs, j’ai déposé une proposition de décret qui visait à pérenniser les subsides. Une reconnaissance du travail essentiel qu’ils effectuent au quotidien. Ma proposition n’a malheureusement pas été suivie par la Ministre Gréoli, qui l’a finalement intégré quelques mois plus tard dans un projet de décret.

Résolument pour les chiens d’assistance  ! Le combat pour les chiens d’assistance me tient particulièrement à cœur alors que j’ai pu voir concrètement comment les chiens aident les personnes atteintes d’un handicap, les enfants autistes, les personnes épileptiques,… En travaillant étroitement avec l’ASBL Os’mose, je me suis battue pour que les chiens d’assistance soient reconnus comme une aide essentielle et que la formation de ceux-ci ne soit plus à charge des personnes handicapées. Aujourd’hui, l’AVIQ rembourse désormais la formation !

Je me bats également pour améliorer l’accessibilité des chiens d’assistance dans les lieux publics et hôpitaux. En effet, si les chiens peuvent aujourd’hui accéder dans la plupart des lieux publics, certains hôpitaux jouent sur la complexité du texte pour interdire l’entrée des chiens d’assistance. Or, certains sont essentiels : c’est notamment le cas de Lowra et de son chien Gaia, qui l’aide à détecter ses malaises, lui permettant de se mettre en sécurité. Privée de son chien alors qu’elle était hospitalisée, Lowra s’est grièvement blessée ! Dans de nombreux pays, cela est organisé depuis plusieurs années sans que ça ne pose de problème du point de vue sanitaire.Découvrez à ce sujet, la proposition de décret que j’avais déposé, avec l’aide d’UNIA, mais qui a malheureusement été rejetée par la Ministre Gréoli!

Afin que les enfants à besoins spécifiques trouvent leur place dans notre enseignement, j’ai également travaillé à la mise en place d’aménagements raisonnables dans l’enseignement ordinaire : adaptation de classes, travail sur ordinateur ou tablette, adaptation de la police d’écriture, de la taille d’écriture,… Tout cela, ce sont des aménagements raisonnables, qui peuvent aider rapidement les enfants dyslexiques, dyspraxiques, en chaise roulante,…J’ai pu, dans ce cadre, visiter plusieurs écoles où les projets d’intégration sont très avancés : un modèle à suivre et dont nous devons nous inspirer !

Parce que certains pesticides représentent un danger pour notre santé, notre environnement et notre biodiversité, je me suis battue pendant des mois pour parvenir à l’interdiction du glyphosate, cet herbicide tristement célèbre. Grâce à ce travail acharné, que j’ai mené à la Région et au Sénat, ce produit est maintenant interdit pour l’usage privé. J’ai également mené un combat contre les néonicotinoïdes, des insecticides hyper nocifs pour les abeilles et qui présentent également des dangers pour la santé humaine. En effet, il est à mes yeux essentiels de mettre en place des alternatives efficaces, plus respectueuses de la nature. Il est également nécessaire de diminuer drastiquement l’usage des pesticides en agriculture.

Le phénomène de harcèlement dans les transports en commun était, en Wallonie, complètement ignoré par le Ministre des transports en commun, Carlo Di Antonio, qui estimait que cette problématique ne concernait pas notre région. Avec Véronique Bonni, ma collègue parlementaire, nous avons donc décidé de mener notre propre enquête pour évaluer la problématique. Sans surprise, il ressort que plus de 50% des femmes ont déjà vécu des agressions à caractère sexiste. Nous avons donc déposé un texte pour sensibiliser les autorités régionales et les sociétés de transport en commun. Un plan de lutte contre le harcèlement a été adopté.

Des visites de terrain, partout dans la Province de Liège !

Je soutiens le développement d’une agriculture durable, locale, respectueuse de l’environnement. Parce que notre modèle agricole s’essouffle, que les agriculteurs ne parviennent plus à vivre de leur métier, j’ai visité plusieurs initiatives locales qui démontrent qu’une autre agriculture est possible : Vent de Terre à Tilff, les bergers de la Haze à Fontin, les compagnons de la terre à Blegny, les Petits producteurs, la ceinture Aliment-terre liégeoise,… Autant de superbes exemples que j’ai pu découvrir ! Je me suis également rendue dans des vergers dans la région de Herve ou dans des exploitations laitières qui subissent de plein fouet la levée des quotas laitiers.

Manger local, c’est encore mieux dans les cantines scolaires ! En effet, pour moi, c’est essentiel à plus d’un égard. Tout d’abord, les enfants sont éduqués au goût des légumes frais, ils apprennent la saisonnalité des produits. Cela permet aussi d’assurer de nombreux débouchés pour nos producteurs locaux : le potentiel économique est énorme ! Environnementalement parlant, c’est également bénéfique. C’est pourquoi j’ai soutenu la mise en place du projet cantines durables dans 11 athénées de la région liégeoise ! En tant que Ministre de la Jeunesse, Isabelle Simonis a également financé la mise en place, dans 78 écoles, de cantines gratuites favorisant les producteurs locaux.

Parce que la Wallonie est une terre d’expertise et de talents, j’ai visité plusieurs entreprises actives dans le développement spatial. Il s’agit, pour moi, d’un véritable secteur porteur d’avenir, créateur d’emplois. J’ai également visité d’autres petites entreprises qui, au quotidien, permettent à la Wallonie et à Liège de rayonner.

J’ai toujours été aux cotés des travailleurs qui subissent de plein fouet des restructurations, alors même que, dans certains cas, les entreprises étaient bénéficiaires, mais visiblement pas suffisamment pour leurs actionnaires. Ainsi, je suis allée notamment rencontrer le personnel que ce soit chez Mecamold, à la FN Herstal ou encore, chez Parker Hannifin, à Sprimont, en lien avec les organisations représentatives des travailleurs.

L’économie circulaire est pour moi, une véritable opportunité pour notre Région. Selon le constat que les ressources naturelles ne sont pas inépuisables, que la population mondiale ne cesse de grandir et que les effets de l’économie capitaliste classique sur notre environnement ne sont plus soutenables, les entreprises cherchent à innover. J’ai pu visiter quelques entreprises qui appliquent activement ces principes, comme la Ressourcerie du pays de Liège, qui est un service de collecte, de réparation et revente des encombrants.  Depuis 2010, cette société a engagé 50 personnes et a créé de l’emploi durable, de qualité pour des demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés. En réparant des encombrants et en les revendant à prix réduits, cette société favorise la réutilisation et le recyclage des déchets. Je soutiens donc la généralisation de ces entreprises sur le territoire wallon.

Développer l’économie circulaire permettrait la création de plusieurs dizaines de milliers d’emplois, c’est un véritable enjeu sur le plan économique, social et environnemental.

 

Et encore beaucoup d’autres… Cliquez sur ce lien pour consulter l’ensemble de mon travail parlementaire !