Christie Morreale | Programme
21784
page-template-default,page,page-id-21784,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

 

Quotidiennement, je me bats pour défendre ceux qui sont laissés de côté par un modèle de société opposé à celui que je défends, un modèle dominé par le culte de l’argent et l’individualisme. Il est urgent de recréer du lien social et de la cohésion. Pour cela, nous proposons une vraie solidarité : économique, fiscale, environnementale… Demain ne se fera pas sans nous !

Développer une économie plus durable, respectueuse de l’environnement !

Il y a plusieurs mois, le groupe allemand Zalando a voulu s’implanter dans notre région, avant de faire marche arrière. Le groupe considère que la Wallonie manque d’attractivité, les conditions de travail n’étant pas assez flexibles sur le travail de nuit, et que les organisations syndicales sont trop puissantes.

Comme pour la plateforme « Alibaba », venue s’installer à Liège récemment, j’estime que ce modèle économique, qui ne cesse d’affaiblir le système de protection et de concertation sociale et qui a un impact environnemental considérable, doit être rejeté.

D’autres modèles sont possibles, comme celui prôné par l’économie circulaire, qui met l’accent sur la réutilisation, la réparation, la rénovation et le recyclage des matériaux et produits existants. Ce que nous considérions par le passé comme des « déchets » peut à présent être transformé en ressources. De plus, toutes les ressources doivent être gérées plus efficacement tout au long de leur cycle de vie. Au-delà de la réponse aux défis climatiques et environnementaux, l’économie circulaire constitue une opportunité pour les entreprises et la création d’emplois en Wallonie. En effet, l’économie circulaire permettrait de créer plus de 36.000 emplois en Belgique d’ici 2020, de diminuer de 50 % les émissions de CO2 et de 30% la consommation des ressources primaires d’ici 2030.

Dès lors, je veux défendre plusieurs mesures ambitieuses pour développer pleinement le potentiel que représente l’économie circulaire : organiser une dynamique mobilisant les acteurs des secteurs industriels, adapter les réglementations, favoriser les produits issus de l’économie circulaire dans les marchés publics ou encore de favoriser la sensibilisation et la formation des PME et des métiers de l’économie circulaire, en partenariat avec la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Des mesures concrètes pour améliorer le quotidien des gens !

Être socialiste, être de gauche, c’est travailler à la suppression des inégalités, c’est lutter pour que chacun ait la possibilité de vivre dignement au quotidien, du début à la fin du mois.

Aujourd’hui plus que jamais, le PS s’engage pour répondre aux préoccupations réelles des gens : se loger, se nourrir, travailler.

Pour ce faire, nous voulons renforcer le pouvoir d’achat des familles en :

  • augmentant le salaire minimum à 14 euros brut par heure – soit 2.300 euros brut par mois – à indexer ;
  • préservant l’indexation automatique des salaires et des allocations ;
  • baissant la TVA sur l’électricité de 21 à 6% ;
  • instaurant l’individualisation des droits sociaux, c’est-à-dire en attribuant des allocations à chacun en fonction de ses droits propres, indépendamment de sa situation familiale ;
  • offrant une école réellement gratuite aux élèves

Assurer à chacun l’accès à un logement décent en :

  • investissant dans la création et la rénovation de logements publics ;
  • luttant contre l’inoccupation des logements ;
  • mettant en place un système d’encadrement des loyers, qui permet de fixer un plafond de loyer à ne pas dépasser et ainsi faire baisser les loyers abusifs ;
  • accentuant la lutte contre les marchands de sommeil et l’insalubrité des logements ;
  • en durcissant la répression contre les propriétaires en faute

L’égalité réelle entre les femmes et les hommes !

L’Egalité entre hommes et femmes est au cœur de nos valeurs, au cœur de mes actions.

En tant que socialiste, nous n’acceptons pas qu’en 2019, les femmes soient contraintes à des temps partiels dans les secteurs les moins rémunérateurs, qu’elles soient moins bien payées que les hommes, qu’elles se soient habituées aux insultes, aux humiliations, aux attouchements, qu’elles mettent en place des stratégies d’évitement, qu’elles soient encore trop souvent cantonnées aux tâches ménagères et éducationnelles des enfants, qu’elles soient limitées dans leurs ambitions professionnelles…

Cette dernière législature, les gouvernements de droite ont pris des mesures catastrophiques pour les femmes en matière d’emploi, de retraites, de soins de santé et leurs mesures socio-économiques ont particulièrement pénalisé celles-ci. Même quand ils ont semblé vouloir progresser, ce n’était que de l’enfumage : ils sortent l’IVG du code pénal sans supprimer les sanctions et pire, ils nous font reculer avec la reconnaissance du statut du foetus. C’est inacceptable !

La lutte pour les droits des femmes doit se poursuivre et la conquête éternelle de l’égalité doit être menée de manière globale et transversale : dans toutes les politiques, à tout niveau de pouvoir, de l’éducation à l’emploi, de la santé à la sécurité…

Le PS s’engage avec des mesures fortes : un congé de paternité obligatoire d’un mois, dépénalisation totale de l’IVG, lutte contre le harcèlement dans les transports en commun, généralisation des cours d’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS) dans les écoles…

Les transports en communs comme réelle alternative !

Le tout à la voiture, c’est dépassé. Pour dissuader les gens d’utiliser systématiquement la voiture, il faut améliorer l’accès aux transports en commun. Tant au niveau de l’offre, de la fréquence, des horaires adaptés, du confort, que de la ponctualité et du prix.

Pour cela, il faut :

  • Octroyer des moyens publics suffisants à la SNCB et au TEC ;
  • Renforcer le nombre de trains et de bus particulièrement en zone rurale ;
  • Améliorer leur ponctualité ;
  • Envisager l’extension du tram de Seraing à Herstal ;
  • Envisager la gratuité progressive des transports en commun gratuits pour les -25 ans et pour les +65 ans.

Des ceintures alimentaires autour des villes wallonnes !

Le droit à l’alimentation et le droit à une alimentation saine, variée, de qualité et accessible à tous quelque soit le niveau de revenus.

Pour ce faire, je veux rapprocher le producteur du consommateur en soutenant la création de ceinture alimentaire autour des villes wallonnes.

Une ceinture alimentaire, c’est une plateforme de coordination qui mobilise les forces vives en faveur du développement d’une filière alimentaire courte, éco responsable et génératrice d’emplois de qualité.

Parce qu’une alimentation saine et variée ne peut se concevoir que dans un cadre de circuit-court, les ceintures alimentaires doivent permettre la mise en réseaux de l’ensemble des petits producteurs et leur permettre de toucher les consommateurs de leur bassin.

L’alimentation saine dans les crèches et les écoles ! 

 L’alimentation est une des sources d’inégalités sociales les plus prégnantes. Il est essentiel que, dès le plus jeune âge, tous les enfants aient droit à au moins à un repas par jour équilibré et de qualité, pour permettre leur développement.

Pour ce faire, il faut étendre la gratuité des repas chauds à l’ensemble des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles et que les collectivités se fournissent auprès de producteurs locaux.

Le vélo électrique, une vraie opportunité de mobilité !

 Le vélo électrique se développe de plus en plus mais il n’est pas encore considéré comme un vrai moyen de transport, certain le cantonne encore à un usage touristique.

Pour que le vélo électrique puisse représenter une alternative à la voiture, je défendrai la mise en place d’espaces cyclables sécurisées sur les grands axes routiers, qu’on repense les limitations de vitesse sur ces mêmes axes et l’utilisation par le Gouvernement de leviers fiscaux pour favoriser l’acquisition d’un vélo électrique plutôt qu’une voiture.

Une Ministre des droits des femmes dans tous les Gouvernements !

 L’égalité entre les hommes et les femmes est encore loin d’être acquise dans notre société et la sphère politique ne fait pas exception.

Notre société compte plus de 51% de femmes, il est donc normal en 2019 de mettre en place des Gouvernements paritaires.

On l’a vu grâce au travail effectué par Isabelle Simonis, en tant que première Ministre des droits des femmes, si on veut avancer vers plus d’égalité, il faut que cette compétence soit pleinement exercée. Je me bats donc pour qu’au lendemain du 26 mai, chaque Gouvernement en Belgique compte dans ses rangs un.e ministre des droits des femmes.