Christie Morreale | Auditions néonicotinoïdes
Vice-Présidente du Gouvernement wallon, Ministre de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale, de l’Egalité des chances et des Droits des Femmes
6220
post-template-default,single,single-post,postid-6220,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Auditions néonicotinoïdes

Auditions sur les Néonicotinoïdes au Parlement wallon, en commission conjointe environnement-agriculture

Toujours dans le cadre de ma proposition de résolution afin d’interdire l’utilisation des pesticides, le Parlement wallon auditionnait le 2 février dernier différents experts pour discuter de l’impact de l’utilisation des néonicotinoïdes.

Messieurs Vandergeten (Directeur de l’Institut royal pour l’amélioration de la bettrave) et Thiry (représentant habilité de la Fédération wallonne de l’horticulture) ont présenté leur avis. Sur ma proposition, Messieurs Fichers (secrétaire général de Nature et Progrès), Schiffers (expert en pesticides et professeur à Gemboux Agro-Bio Tech (ULg)) et Bodson (professeur responsable de l’Unité de Phytotechnie tempérée à Gembloux Agro-Bio Tech (ULg)) sont également intervenus.

Retrouvez le Compte-rendu complet ici : http://nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2016_2017/CRAC/crac96.pdf

Ces auditions ont été l’occasion pour moi et l’ensemble de mon groupe de réaffirmer notre volonté d’avancer de manière concertée et constructive sur ce dossier. Nous comprenons évidemment les craintes des agriculteurs, qui sont les premières victimes de ces produits.En effet, il s’agit de la première catégorie professionnelle concernée par les cancers notamment.

Je pense cependant que les pouvoirs publics devraient investir massivement dans la recherche d’alternatives viables, respectueuse de la nature et de la santé humaine. Pour la majorité des cultures, ces alternatives existent déjà: nous devrions sans aucun doute améliorer l’information de nos agriculteurs.

De nombreuses études démontrent les dangers liés à cet insecticide et je pense donc qu’il serait inconscient de continuer à les utiliser.