Christie Morreale | Comment mieux valoriser notre produits wallons ?
Vice-Présidente du Gouvernement wallon, Ministre de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale, de l’Egalité des chances et des Droits des Femmes
5646
post-template-default,single,single-post,postid-5646,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Comment mieux valoriser notre produits wallons ?

Question écrite  destinée à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme

 

Lors de sa présentation en commission agriculture le 20 juin dernier, l’APAQ-W annonçait l’ambition de relancer une opération de marchandissing, qui permettrait de mieux valoriser nos produits wallons.

En effet, devant un marché de plus en plus ouvert et libéralisé, il semble nécessaire de valoriser nos produits wallons. Je suis effectivement persuadée qu’une grande partie de nos consommateurs choisiraient plus rapidement les produits issus de notre agriculture s’ils en connaissaient la provenance, même si le prix d’achat est éventuellement supérieur. Rendre ces produits plus identifiables est donc pour moi, très bénéfique.

Dès lors, quelle forme pourrait prendre cette opération ? Pour quand sera-t-elle lancée ?

Réponse

L’Agence wallonne pour la promotion d’une agriculture de qualité (APAQ-W) est un opérateur de marketing de service public, au service du monde agricole. Quant au merchandising, à proprement parler, il constitue un instrument du marketing permettant de déterminer la localisation et l’aménagement adéquats du lieu de vente, ainsi que la présentation des produits qui y sont vendus, dans des conditions physiques et psychologiques optimales. Cette définition illustre l’objectif opérationnel de l’APAQ-W, à savoir de placer les produits locaux dans un contexte favorable au choix des consommateurs. Concrètement, l’étiquetage faisant référence à l’origine et éventuellement à la qualité, le positionnement, les animations en grandes surfaces doivent faire l’objet d’une négociation avec le secteur de la grande distribution : collectivement et individuellement. Des contacts ont déjà été pris à cette fin. D’autres sont programmés à l’occasion de la foire agricole de Libramont et dès le début du mois de septembre. Je tiens à souligner que les représentants des producteurs et transformateurs sont aussi demandeurs de cette démarche. Je souhaite que, sur cette base, l’APAQ-W soit en mesure de démarrer les opérations de merchandising dès le dernier trimestre de cette année. Dans tous les cas, ces opérations seront planifiées via le plan stratégique et opérationnel de 2017.