Christie Morreale | Concertation avec les internats permanents de la Fédération Wallonie-Bruxelles
4175
post-template-default,single,single-post,postid-4175,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Concertation avec les internats permanents de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Question orale à la vice-présidente et ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance, Joëlle Milquet

 

Il existe au sein de notre administration de l’enseignement de nombreux organes de concertation entre les différentes composantes de notre paysage scolaire. Il s’agit de lieux de rencontre, d’échange et de réflexion, essentiels au bon fonctionnement du système.

Or, il apparaît que les internats permanents sont très rarement associés à ces réflexions. Représentés au sein du conseil pédagogique zonal, ils ne sont que très rarement concernés par les sujets abordés et se sentent peu écoutés. Il résulte de cette situation la création de diverses ASBL, sans coordination réelle en Fédération Wallonie-Bruxelles. En effet, à la suite d’initiatives personnelles, des internats ont décidé de s’assembler afin de parler de problèmes qui leur sont propres.

Je ne souhaite pas, ici, demander la création d’un nouvel organe de concertation mais simplement voir avec vous le meilleur moyen d’inclure systématiquement les internats permanents dans nos réflexions. Il semble encore que, bien trop souvent, ils soient laissés de côté sans liens permanents avec les organes décideurs.

Madame la Ministre, que pensez-vous de la situation des internats permanents ? Serait-il possible d’inclure des représentants de ces institutions au sein d’un conseil pédagogique, éventuellement ?

 

Réponse de la ministre

 

Fin du mois d’octobre 2014, mes services ont rencontré les représentants de l’Association des Administrateurs de l’Enseignement Officiel (A.A.E.O.) et m’ont relayé leurs préoccupations. Dans l’état des lieux qu’ils ont brossé de leur fonction d’administrateur, ils formulaient le souhait d’être représentés au sein d’un organe décisionnel officiel où ils pourraient se faire entendre quant à leurs problématiques spécifiques.

Après analyse plus approfondie de cette demande, mes services ont élaboré un projet de modification de l’arrêté du Gouvernement de la Communauté française  du 24 août 2000 portant création du Conseil pédagogique de l’enseignement de la Communauté française (Lois 25744). Par une simple adaptation des articles 2 et 4 dudit arrêté, la composition du Conseil pédagogique intégrera un représentant des internats autonomes.

J’en ai également profité pour proposer un ajout concernant les représentants des Homes d’accueil et des Centres de Dépaysement et de plein Air qui n’apparaissaient pas dans ledit arrêté.

La proposition de modification sera soumise au Gouvernement au plus tard pour la mi-février et devrait entrer en vigueur pour l’année scolaire prochaine.

Consciente qu’il ne s’agit là que d’un premier pas vers une plus grande reconnaissance du rôle essentiel des internats autonomes au sein du réseau, j’ai demandé à mes services, en collaboration étroite avec les représentants de l’A.A.E.O., de poursuivre leurs réflexions, notamment sur la création de pôles représentatifs des internats au niveau zonal, etc.

En conclusion, le chantier est entamé et il est sur la bonne voie.