Christie Morreale | Espace : se former dans un secteur porteur d’avenir
6737
post-template-default,single,single-post,postid-6737,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Espace : se former dans un secteur porteur d’avenir

Question écrite à Madame Schyns, Ministre en charge de l’enseignement obligatoire

L’ESERO (European Space Education Resource Office) est un programme éducatif de sensibilisation des jeunes européens aux sciences et techniques de l’ESA à travers leur intérêt pour l’espace et l’astronomie.

Dans ce cadre, ESERO Belgique se doit d’être un centre d’information pour l’apprentissage des questions liées à l’espace, d’apporter son soutien aux écoles fondamentales et secondaires, de créer un réseau, de coordonner des formations pour les enseignants, les inspecteurs …

ESA Redu accueille depuis peu un centre de formation pour les écoles. Cet espace de formation, le « e-robotics lab », essentiellement dédié aux enseignants tant du primaire que du secondaire, est axé sur la robotique pour l’exploration martienne. Il est accessible aux enseignants de l’ensemble de l’Europe, en ce compris dès lors de notre Fédération. L’objectif est évidemment nécessaire puisqu’il s’agit de sensibiliser les jeunes aux métiers techniques et scientifiques, particulièrement porteurs d’emplois.

Madame la Ministre, je souhaiterais savoir comment la Fédération Wallonie-Bruxelles s’implique dans la promotion et le soutien de ce projet fédéral. Pourriez-vous préciser la manière dont les enseignants de notre fédération sont informés de cette initiative, quelle est sa fréquentation pour nos enseignants et nos élèves, si ces visites concernent davantage un enseignement (général, technique, professionnel) et les résultats que la Fédération Wallonie-Bruxelles en tire, ainsi que les développements futurs envisagés afin de soutenir cette filière porteuse sur le plan de la créativité, du développement de nouvelles technologies et de la science ?

Réponse

En 2007, un projet Espace et Enseignement a été mis en place dans le cadre d’un partenariat entre l’Agence Spatiale Européenne (ESA), et plus précisément son bureau éducatif belge ESERO, et la Fédération Wallonie-Bruxelles, par l’intermédiaire de la Direction générale de l’Enseignement obligatoire et le Service général de l’Inspection.

Ce projet, d’abord « pilote » pendant 3 ans, a permis à 22 écoles fondamentales de tous les réseaux de concrétiser des politiques pédagogiques tournées vers les sciences et les technologies de l’espace. Outre à un accompagnement pédagogique, ces écoles avaient accès à des formations centrées sur la démarche scientifique et des subsides pour acquérir du matériel, financer des visites à caractère scientifique.

En 2010, étant donné les premiers résultats très prometteurs constatés par l’Inspection, il a été décidé de poursuivre l’initiative en l’élargissant à de nouvelles écoles fondamentales pour la période 2010-2013.

Le projet s’est également ouvert à l’enseignement secondaire.

Le projet a ensuite été reconduit pour la période 2013-2016 et pour la période 2016-2019.

Concrètement, depuis 2010, un appel à candidatures est diffusé via une circulaire tous les trois ans aux écoles fondamentales tous réseaux confondus. L’appel à candidatures concernant les écoles secondaires est, quant à lui, diffusé de manière annuelle.

Des informations concernant les formations et/ou activités proposées par le bureau ESERO sont reprises dans ces circulaires. Les enseignants engagés dans le projet Espace et Enseignement sont également avertis de ces formations et activités par la newsletter du projet que la DGEO leur adresse de manière trimestrielle. Les informations relatives à la formation en e-robotique sont également accessibles sur le site web www.esero.be ou sur la page Facebook « Esero belgium ». Par ailleurs, la formation est reconnue par l’Institut de la Formation en cours de carrière (IFC).

En 2016, 24 enseignants se sont inscrits à la formation en e-robotique via l’IFC et environ 55 enseignants via le bureau ESERO directement. Cette formation est accessible à tous les enseignants de l’enseignement secondaire général, technique et professionnel.

À ce jour, le projet compte environ 60 implantations fondamentales et 10 écoles secondaires. L’Inspection réalise une évaluation du suivi des projets des écoles fondamentales. Concernant les écoles secondaires, le comité de suivi procède à un bilan annuel.

La DGEO, le bureau ESERO et l’Inspection œuvrent à poursuivre le projet en mettant actuellement davantage l’accent sur la mise à disposition d’outils pédagogiques (formations, fiches pédagogiques, activités à caractère pédagogique, etc.) mais également en favorisant la mise en réseau des enseignants et de leurs pratiques de la démarche scientifique.

De ce fait, vous comprendrez qu’ESERO favorise bien le développement de l’esprit scientifique dans nos établissements par l’apport d’informations, de soutien pédagogique et de formations aux enseignants.