Christie Morreale | La guerre contre le glyphosate n’est pas perdue!
Vice-Présidente du Gouvernement wallon, Ministre de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale, de l’Egalité des chances et des Droits des Femmes
5392
post-template-default,single,single-post,postid-5392,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

La guerre contre le glyphosate n’est pas perdue!

 

Le Parlement européen prolonge de 7 ans, au lieu de 15 ans, l’autorisation du glyphosate (principe actif de plusieurs herbicides ex: Roundup)

Nous avions demandé le retrait pur et simple de ce produit dangereux pour le citoyen. Quand des rapports d’experts détectent une menace réelle autour d’un produit, le principe de précaution doit être la règle. On ne badine pas avec la santé des citoyens européens”, insiste l’Eurodéputé PS Marc Tarabella, qui a dit NON au renouvellement de l’accord.

Mais”, déplore-t-il, “une majorité d’Eurodéputés a accepté une prolongation de 7 ans. Une moitié de décision est tout aussi dangereuse pour la santé des citoyens. Je ne peux accepter que soit sur le marché un produit qui mette potentiellement en danger les citoyens européens. C’est aux États membres de faire preuve de courage et de protéger les citoyens d’une menace potentielle” !

En effet, le glyphosate est une substance classée cancérogène probable par le Centre international de recherche sur le cancer. “Raison pour laquelle plusieurs pays européens se sont opposés à la prolongation de l’autorisation de son utilisation…”, souligne la députée wallonne PS Christie Morreale.

Celle-ci estime qu’il faut, en la matière, respecter le principe de précaution. “Nous demandons désormais au gouvernement  fédéral d’interdire la commercialisation des produits à base de glyphosate sur le territoire belge. Dans le cas contraire, il restera au gouvernement wallon à se prononcer sur l’interdiction de l’utilisation en Wallonie. Il en va de la santé des utilisateurs, qui souvent ne manipulent pas ces produits de manière adéquate, et des citoyens en général”, ajoute la députée wallonne.