Christie Morreale | Le glyphosate interdit en Wallonie
Vice-Présidente du Gouvernement wallon, Ministre de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale, de l’Egalité des chances et des Droits des Femmes
5584
post-template-default,single,single-post,postid-5584,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Le glyphosate interdit en Wallonie

 

Communiqué de presse

 

Le Groupe PS, dépositaire du texte, se félicite de cette décision du Parlement !

Le Parlement de Wallonie a voté ce mercredi 22 juin, en séance plénière, l’interdiction en Wallonie de l’utilisation des produits contenant du glyphosate. Un texte qui place notre Région dans le camp des régions qui résistent aux pressions des multinationales et qui légifèrent en fonction de l’intérêt général et du bien commun!

De quoi parle-t-on ? De la substance présente dans l’herbicide le plus utilisé dans le monde et qualifiée de « cancérogène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le glyphosate est une substance active que l’on retrouve dans plus de 93 produits commerciaux agréés en Belgique, dont le bien connu Roundup de Monsanto. Son usage est particulièrement répandu, aussi bien chez les professionnels que chez les particuliers. Chaque année, pas moins de 630.000 kilos sont mis sur le marché belge ! Cela a augmenté fortement au cours des dernières années, passant ainsi de 383.000 à 630.000 kg. Soit + de 40% de glyphosate, en plus, en Belgique !

Sur la question du glyphosate utilisé en agriculture ou par des jardiniers professionnels, les agriculteurs et les professionnels sont les premières victimes des pesticides. Exposés quotidiennement à des doses importantes, ils peuvent développer des maladies graves, notamment des cancers, Parkinson ou des maladies neurologiques. La France reconnaît d’ailleurs la maladie de Parkinson comme une maladie professionnelle agricole à cause de l’exposition aux pesticides. En Wallonie, ils sont de plus en plus nombreux à réaliser un virage en passant de l’agriculture conventionnelle à l’agriculture intégrée ou biologique. Il faut saluer et les encourager à aller dans cette voie avec le défi de gagner mieux leur vie.

Pour le Groupe PS, il est indispensable de les protéger tous, de les soutenir en favorisant cette transition et l’échange de bonnes pratiques entre eux. Les rassurer dans cette démarche et les accompagner véritablement en élaborant une politique publique de diminution des produits phytopharmaceutiques tout en encourageant l’utilisation d’alternatives à ces produits. Pour ce faire, il convient de mandater des scientifiques qui seront chargés de mener des investigations en ce sens.

“Ce que nous demandons aujourd’hui, à travers ce vote, c’est de protéger les professionnels et les particuliers ayant recours à ces produits, de protéger la population en général mais aussi l’environnement. De donner un signal clair à la Commission européenne, au Gouvernement fédéral et à la société civile d’utiliser tous les leviers dont nous disposons en Wallonie pour prendre notre part de responsabilité”, souligne la députée Christie Morreale.

Le glyphosate, c’est la partie visible de l’iceberg… Néanmoins, un iceberg c’est 10% de partie visible et surtout 90% de partie invisible: les NEONICOTINOIDES. C’est à cela que le Groupe PS va désormais s’atteler avec pugnacité et en ayant conscience des enjeux pour la santé humaine, animale, la biodiversité et nos modes de production. Pour ce faire, la députée Christie Morreale redéposera un texte en ce sens au Parlement.