Christie Morreale | Le transport fluvial de marchandisse: mobilité de demain
5796
post-template-default,single,single-post,postid-5796,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Le transport fluvial de marchandisse: mobilité de demain

Le port autonome de Liège est troisième plus gros port de rivière en Europe: au premier trimestre 2016, plus de 7 millions de tonnes de marchandises transitaient  via ce port.

Ce mode de transport permet évidemment de désengorger les autoroutes mais est également bien plus écologique et durable, raisons pour lesquels il faut absolument soutenir ce mode de transport.


Question écrite de Christie Morreale à Monsieur le Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’action sociale et du Patrimoine

Je me réjouis de constater une augmentation constante de l’activité du port autonome de Liège, aujourd’hui le troisième plus gros port de rivière en Europe. En effet, les chiffres en constante augmentation démontrent l’intérêt du transport fluvial pour le transport de marchandises alors même que l’activité va seulement commencer au Trilogiport. On peut donc espérer une augmentation encore plus importante des tonnages.

Monsieur le Ministre, pour ce premier trimestre 2016, c’est plus de 7 millions de tonnes de marchandises qui ont transitées via ce port, soit une augmentation de 5% par rapport à l’année passée. Ce mode de transport permet évidemment de désengorger les autoroutes mais est également bien plus écologique et durable, raisons pour lesquels ce choix de mode de transport est grandement encouragé par le gouvernement wallon. Alors que le transport des containers est également en pleine expansion, + 48% cette année, je souhaite vous interroger sur vos ambitions afin de renforcer encore ce mode de transport. Les entreprises qui effectuent cette transition sont-elles encouragées ?  Par quels moyens ? Comment entendez-vous étendre encore ce mode de transport à plus d’entreprises ?

Enfin, pouvez-vous me préciser le nombre d’entreprises qui privilégient le transport par bateau en région liégeoise ? Quel est le profil de ces entreprises ? Comment encourager les petites entreprises à se tourner vers ce type de transport ?

 

Réponse

Je me réjouis des résultats efficients du Port autonome de Liège et je souhaite que les efforts redoublent pour améliorer les quantités de marchandises transportées par le biais de la voie d’eau, notamment via les 3 autres ports de Charleroi, Namur et du Centre et de l’Ouest.

La présence des entreprises sur et aux abords de la voie d’eau est un objectif général de cette législature. L’ensemble des acteurs y travaille quotidiennement et en collaboration : les Ports autonomes, mais également l’Agence wallonne à l’Exportation et aux Investissements étrangers ou encore la Direction de la Promotion des voies navigables et de l’intermodalité de la DGO2 du Service public de Wallonie. Il n’existe cependant pas de profil précis d’entreprises intéressées spécifiquement par la voie d’eau. Les études montrent néanmoins qu’une tendance importante se dégage davantage pour les secteurs liés au transport de matériaux lourds, notamment liés à l’industrie même si les marchandises en conteneurs ou sur palettes sont de plus en plus présentes. La manutention de produits ou consommables plus spécifiques ou fragiles (pharmaceutiques, alimentaires, …) nécessite, quant à elle, d’autres modes de transports.

Pour ce qui concerne les incitants financiers directement à destination des entreprises, j’engage l’honorable membre à consulter mon collègue en charge de l’Économie, Monsieur le Vice-président et Ministre Jean-Claude MARCOURT.