Christie Morreale | Plus de 9.000 signatures contre les manèges à poneys sur la foire à Liège!
Vice-Présidente du Gouvernement wallon, Ministre de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale, de l’Egalité des chances et des Droits des Femmes
5006
post-template-default,single,single-post,postid-5006,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Plus de 9.000 signatures contre les manèges à poneys sur la foire à Liège!

Question écrite adressée à Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et des Transports, des Aéroports et du Bien-être animal

Alors que la foire d’octobre débutait à Liège, une thématique relative au bien-être des animaux a ressurgi de nouveau avec elle. En effet, Monsieur le Ministre n’est pas sans ignorer que plusieurs manèges se basent sur le principe d’attacher des chevaux les uns derrière les autres et de les faire tourner en rond.

Devant ce qui peut sembler anodin pour certains, d’autres voient là une flagrante violation du bien-être animal. Devant des conditions de travail extrêmes et longues, plus de 9 000 personnes viennent de signer une pétition demandant purement et simplement au Bourgmestre de Liège d’interdire ces manèges lors de la foire de Liège. Si plusieurs villes ont effectivement interdit ces manèges sur leur territoire, ce n’est pas le cas partout en Wallonie.

Quel est le regard de Monsieur le Ministre sur cette activité par rapport à la problématique du bien-être des animaux ?

Si une loi fédérale existe depuis 2013, est-elle toujours efficace ?

Une autorité régionale de contrôle existe-t-elle en la matière ? Des contrôles réguliers sont-ils effectués pour s’assurer du bien-être de ces poneys ?

Le Conseil wallon du bien-être animal s’est-il saisi de la problématique ?

Réponse du Ministre

Il existe effectivement un arrêté royal de mars 2013, assez récent donc, qui encadre cette activité. Cette législation a pour but d’assurer des conditions de vie satisfaisantes à ces poneys. Cet arrêté a mis en œuvre les propositions émises par un groupe de travail du Conseil du Bien-être animal, dans lequel un consensus avait été obtenu entre les représentants des forains et les associations de protection animale. Cet accord avait été proposé par des scientifiques vétérinaires spécialistes du bien-être des chevaux et poneys. Une étude de terrain avait été menée à l’université de Gand sur des poneys utilisés sur les foires afin de vérifier leur système locomoteur.

Par ailleurs, chaque commune a la possibilité de refuser l’activité sur son territoire si elle estime par exemple qu’elle ne pourra pas fournir un espace suffisant pour l’hébergement des poneys lorsqu’ils ne sont pas sur l’attraction ou si elle en refuse le principe même.

En cas de problème, il existe toujours la possibilité pour tout un chacun de déposer une plainte auprès de nos services de contrôle qui vérifient alors le bien-être des animaux par rapport aux règles établies.

Il n’y a plus que cinq ou six exploitants de manège forain en Wallonie et ils sont tous bien connus de l’Unité de contrôle du bien-être animal. Ce service a reçu en 2014 des plaintes concernant deux exploitants qui ont chacun été contrôlés sans que ces contrôles ne révèlent de problème mettant en question le bien-être des poneys. En cas de non-conformité vis-à-vis de la législation, les contrevenants peuvent recevoir un avertissement, et si nécessaire un procès-verbal peut être dressé. En cas de risque avéré pour le bien-être des animaux, les inspecteurs vétérinaires procéderaient immédiatement à leur saisie.

A l’heure actuelle, je n’ai pas l’intention d’aller vers une interdiction de cette pratique. Je table plutôt sur une disparition progressive de cette activité due à la contraintes des règles imposées pour le respect du bien-être animal.

Au vu de ce qui précède, il n’est pas prévu que le Conseil wallon du bien-être animal soit saisi, à nouveau, de la problématique.