Christie Morreale | Pont d’Esneux : un chantier trois fois plus long
4582
post-template-default,single,single-post,postid-4582,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Pont d’Esneux : un chantier trois fois plus long

Article du 3 juin 2015 publié dans la Libre Belgique :

Ce mardi, la députée socialiste Christie Morreale, par ailleurs échevine empêchée de la commune d’Esneux, s’est étonnée de la longueur de des travaux entrepris à la fin de l’été dernier et relatifs au pont d’Esneux. Et pour cause : si un chantier de 60 jours ouvrables avait été annoncé, ce sont au final des travaux de 180 jours ouvrables qui auront été réalisés. Entre-temps, “les commerces du centre souffrent affreusement” , a constaté l’élue. Elle songe donc à introduire une demande de dédommagement. Un dispositif d’aide aux commerces “J’ai interrogé le ministre des Travaux publics (Maxime Prévot) car la situation des commerçants dans le centre est devenue problématique avec la longévité des travaux” , précise la députée socialiste. Une longévité surprise, comme elle le précise. “Le chantier de réhabilitation du pont d’Esneux a débuté le 18 août 2014 pour un délai de 60 jours ouvrables. Le 19 décembre, pour des raisons climatiques, les travaux ont été interrompus. Le pont est rouvert à la circulation dans les deux sens. Environ 80 jours s’étaient déjà alors écoulés. Alors que les travaux ont repris le 19 février, le SPW annonce que le délai sera largement supérieur à ce qui avait été annoncé. La fin des travaux serait prévue pour le 10 juillet 2015”. Dans le centre, “certains commerces ont perdu 60 à 80 % de leurs chiffres d’affaires” … quand ils n’ont pas fait faillite. Le pont est incontournable à Esneux. Le transit est donc particulièrement complexe avec ce chantier. D’après le ministre, l’une des raisons de ce retard est liée à l’inexpérience de l’entrepreneur dans ce type de chantier. Face à cette situation dramatique pour les indépendants du centre, la députée nous a donc confié qu’elle réfléchissait à une solution, “comme un dispositif régional d’aide aux commerces”. Il permettrait d’améliorer les aides actuelles, effectives essentiellement lorsqu’un axe est complètement fermé. À suivre …