Christie Morreale | Pour la création d’un éco-label pour les évènements culturels wallons
6734
post-template-default,single,single-post,postid-6734,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Pour la création d’un éco-label pour les évènements culturels wallons

 

Question écrite destinée à Monsieur Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports, des Aéroports et du Bien-être animal

Comme chaque été, plusieurs festivals s’engagent dans une démarche de sensibilisation auprès de 500.000 festivaliers à la réduction des emballages, au tri des déchets, à l’utilisation de vaisselle réutilisable, à la valorisation de l’alimentation locale, au covoiturage,…

Les occasions de faire la fête sont nombreuses et si ces événements permettent évidemment de passer un moment agréable, ils peuvent aussi avoir un impact sur l’environnement (déchets, déplacements, nourriture, impressions…). Le site « ecoconso », avec le soutien de la Région Wallonne, apporte quelques conseils en matière de gestion durable des événements.

Pourtant, pourriez-vous me préciser les actions entreprises par le Gouvernement Wallon pour encourager un maximum d’organisateurs d’événements, autres que les festivals, à faire la transition vers plus d’écologie ? La Région wallonne prévoit-elle un label qui permet d’obtenir un subside en fonction de l’engagement vers plus d’écologie et de durabilité pour l’ensemble des événements culturels ? Ces organisateurs peuvent-ils obtenir des conseils pour opérer cette transition ? En effet, encore aujourd’hui, les organisateurs ne vont pas automatiquement s’inscrire dans cette démarche écologique : comment pouvons-nous encourager le changement d’habitude ?

En effet, il me semble intéressant de généraliser ce travail de sensibilisation auprès des festivals, à l’ensemble des événements culturels wallons, notamment via des conseils mais aussi via une valorisation éventuellement financière ou une aide technique supplémentaire.

Réponse

L’action menée depuis 2015 vise à promouvoir des actions permettant de sensibiliser le public et les organisateurs à adopter des comportements plus durables et plus respectueux de notre planète tels que la réduction des emballages, le tri des déchets, l’utilisation de vaisselle réutilisable, la valorisation de l’alimentation locale, le covoiturage…

L’opération Festivals Wallonie#Demain regroupe 16 festivals signataires d’une charte les engageant à respecter une série de mesures pour leur événement visant notamment le développement durable et à promouvoir ces mesures auprès de son public par des actions de sensibilisation et de communication ciblées.

Au-delà de ces initiatives, la stratégie wallonne de développement durable, adoptée par le Gouvernement wallon en juillet 2016, inclut un plan d’actions comprenant un volet relatif à la responsabilité sociétale des organisations privées et publiques.

Parmi les sept actions de ce volet, deux visent à mettre à disposition des outils permettant de construire un projet ou d’organiser un événement plus en phase avec les principes du développement durable.

D’une part, une des actions prévoit le développement et la mise à disposition d’une grille permettant aux porteurs de projets dans différents domaines d’analyser leur projet à l’aune des principes de développement durable et de s’améliorer dans cette perspective. Cette action est en cours de réalisation à l’Administration (département du développement durable).

D’autre part, une action à plus long terme vise à encourager, à l’aide d’une communication ciblée et d’un suivi, la prise en compte de critères durables dans les événements organisés par l’Administration. Pour ce faire, un outil pratique de type check-list à disposition des organisateurs est en préparation.

Basé sur des travaux menés au niveau fédéral, l’objectif de cet outil est de réduire les impacts négatifs possibles sur l’environnement tout en assurant des retombées positives durables sur le plan social et économique à travers différentes thématiques : l’alimentation, l’hébergement ou la communication.

Cet outil générique pourrait être complété par la suite par des versions plus spécialisées visant les festivals de musiques, les salons et les expositions….