Christie Morreale | Bornes de rechargement, l’appel à projet est-il suffisant ?
7154
post-template-default,single,single-post,postid-7154,single-format-standard,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Bornes de rechargement, l’appel à projet est-il suffisant ?

Question écrite à Monsieur le Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

« Appel à projets pour le développement de 100 bornes de rechargement »

En collaboration avec votre collègue en charge de l’énergie, un appel à projets pour le développement de 100 bornes de rechargement pour les voitures électriques a été lancé en avril 2018. Un budget de 400.000€ était annoncé pour répondre à l’objectif du gouvernement wallon de comptabiliser 9.903 véhicules électriques et 688 points de rechargement pour 2020 et 7.500 points de rechargement en 2030. Or, en 2017, on comptabilisait 280 point de rechargement publics et 1.089 véhicules électriques.

Pour inciter les acteurs publics et privés à déployer ces bornes de rechargement, le gouvernement a donc prévu un appel à projets par an, pendant 5 ans. Monsieur le Ministre, pouvez-vous faire le point sur cet appel à projets ? Combien de projets ont été déposés ? Combien de projets ont été validés par le Gouvernement ? Sur quelle base ?

Jugez-vous suffisant cet appel à projets pour répondre à la nécessité d’équiper notre territoire de ces bornes ?

Enfin, cette initiative du Gouvernement Wallon s’insère dans une volonté de « décarboniser » notre parc automobile. Or, moins d’un quart de notre électricité est produite grâce à des énergies renouvelables. Dès lors, comment assurez-vous que l’usage plus généralisé des voitures électriques permettra de décarboniser notre atmosphère ?

Réponse

En séance du 19 avril, le Gouvernement a adopté la note qui présentait les orientations de l’appel à projets afin d’inciter les acteurs publics et privés à déployer des bornes de rechargement électriques.

À l’initiative du Ministre de l’Énergie et du Climat, l’appel 2018 a été officiellement publié le 9 mai et les projets pouvaient être déposés jusqu’au 16 août.

Les porteurs de projet éligibles pouvaient être de différents types, notamment les entreprises commerciales, les associations dotées de la personnalité juridique, les communes, les villes, les provinces, ainsi que les intercommunales.

Un comité d’évaluation composé de représentants de la DGO4, de la DGO2 et de l’AWAC a analysé les projets et remis son avis au Ministre de l’Énergie et du Climat. Le Gouvernement wallon a alors retenu, sur base d’une proposition du Ministre de l’Énergie et du Climat, neuf projets représentant un total de 254 bornes à installer.
Un projet a été déclaré irrecevable et un autre non retenu.

Cet appel à projets contribuera à augmenter l’offre en points de rechargement, stimulant ainsi la demande en matière de mobilité électrique.

Par ailleurs, le projet de Plan wallon Energie-Climat 2030, adopté par le Gouvernement wallon en juillet dernier, prévoit que les parcs de voitures full électriques, plug-in hybrides et à l’hydrogène, représentent respectivement 19 %, 5 % et 1 % de l’ensemble des véhicules en Wallonie en 2030.

Le développement d’alternatives aux véhicules utilisant des combustibles fossiles classiques comme l’essence ou le diesel reste donc bien une priorité dans le secteur du transport si nous voulons atteindre nos objectifs en termes de lutte contre les changements climatiques et d’amélioration de la qualité de l’air.

Parmi ces alternatives figurent également, à côté des véhicules électriques, le CNG pour les véhicules plus légers et le LNG pour les camions, ainsi que l’hydrogène.